Jean-Marie RENUCCI
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2021

De l’indépendance des médias !

Cette pandémie n’aura décidément pas toujours révélé le meilleur de nous-mêmes !

Jean-Marie RENUCCI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici les propos, extraits de l’émission : « Les informés du matin », du mercredi 24 novembre 2021 sur France-info.

Le lien vers l’archive de l’émission est ici :

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/les-informes-du-matin/strategie-contre-la-5e-vague-de-covid-19-naissance-du-mouvement-ensemble-citoyens-les-informes-du-matin-du-24-novembre_4839307.html

(time-code 13’00)

Propos de « Nathalie Mauret », journaliste politique pour le groupe « EBRA », invitée répondant à une question portant sur le risque politique de cette cinquième vague pour Emmanuel Macron :

« … en tous les cas dans les ministères ... et j’en discutais hier avec une ministre*, ils sont inquiets de ça. Pas à court terme mais (j’allais dire … ) à moyen terme, d’ici les fêtes de Noël si jamais ça continue. D’où l’importance pour eux aussi (… pardon je termine mais ...) de convaincre, notamment par le biais de contrôles renforcés, toute cette partie de la population qui est hésitante par rapport à la vaccination... »

* on notera que la journaliste n’interroge pas la ministre, elle ne l’interviewe pas, elle « discute » avec !

Mais revenons à l’essentiel :

« Convaincre, notamment par le biais de contrôles renforcés. »

Encore une formule « paradoxale » qui ne choque visiblement personne sur le plateau au moment où elle est prononcée … !

S’il s’était agit de dénoncer la propagande immonde et cynique d’un pays totalitaire, les mêmes se seraient insurgés ou gaussés mais là ...

Puisque « l’efficacité indéniable du vaccin ne suffit pas » nous dit Mediapart dans un de ses articles, alors il faut continuer à « convaincre, notamment par le biais de contrôles renforcés » …

La journaliste politique rapporte ces propos et ...

… semble s’en accommoder puisque elle ne relève aucun anachronisme !

Pourtant, « convaincre, notamment par le biais de contrôles renforcées », c’est « contraindre ».

A d’autres époques, cela n’aurait pas fait débat.

Mais aujourd’hui, trop risqué pour ces « informés » du service public de la radio la plus écoutée de France, d’aller plus loin sur ce terrain !

Ils ou elles pourraient tout au moins laisser cette tâche ingrate à « d’autres invités » plus «téméraires» sur le sujet.

Mais non.

En dehors de la vague épidémique, incontournable, personne ne souhaite faire d’autres vagues.

On reste confortablement dans l’entre-soi et le commentaire policé.

On rapporte certains propos (principalement gouvernementaux).

On commente.

Mais avec une extrême prudence !

Et rien d’autre.

Service minimum.

On sent bien que l’on marche sur des œufs, que l’on avance en terrain miné !

Est-ce la présence de Jean-Jérôme Bertolus, chef du service politique de France-Info et lui aussi invité de l’émission qui rend ainsi, les autres journalistes présents, aussi prudents sur le sujet ?

Est-ce plus simplement l’hypocrisie collective ambiante un peu forcée, relayée par les politiques de tous bords qui n’ont plus grand-chose d’autre à proposer ?

Peut-être.

Mais les journalistes pourraient au moins faire encore semblant de s’interroger.

Au lieu de cela, certains feraient presque du zèle …

Pour « Renaud Dély » : après en avoir listé toutes les faiblesses, « … le vaccin fonctionne ... »

(Je ne sais pas comment ce journaliste se rend tous les matins au studio mais je l’imagine dans un taxi, un bus, sur son scooter, dans sa voiture, sur sa trottinette, dans le métro peut-être …

Son moyen de transport roule à 2 à l’heure et s’arrête toute les cinq minutes ?

Mais qu’à cela ne tienne, il fonctionne !

Sa montre retarde et perd 10 minutes par jours ?

Pas grave, elle fonctionne !

Le commandant de bord et les mécaniciens de l’avion qu’il doit prendre lui disent que la machine n’est pas vraiment en état de prendre l’air mais que le vol est maintenu ….

A la bonne heure !

Un optimisme qui rend admiratif et dont ses employeurs pourraient tirer profit en ne le lui versant que 10 % des émoluments promis puisque, pas grave, il reste payé malgré tout ! )

Donc, il n’y a pas à revenir là dessus.

Circulez, y a rien à voir !

Ce jour là, Monsieur Dély ne se sentait pas homme à être en proie au doute.

C’ est ça, l’information commentée en 2021 sur le service public ! Du « débat » de qualité, de la contradiction, avec de vrais morceaux d’objectivité et de réflexions approfondies dedans !

Et les auditeurs qui auraient le sentiment, qu’avant même les troisièmes, quatrièmes, cinquièmes doses de vaccins, on leur remet à chaque fois une nouvelle couche de « vaccin » médiatique, seraient tous, de vrais paranos pour le coup.

Et il faudrait sérieusement envisager de les faire soigner.

Pourquoi pas avec une dose bien musclée appelée « la spéciale », injectée directement dans le bulbe céphalo-rachidien !

Alors, allons y gaiement et enchaînons les injections comme on ferait une cure de vitamines avant l’hiver sans se poser de question !

Sauf qu’une vaccination est tout, sauf un acte anodin !

Et le simple fait de le rappeler ou de réfléchir à cela ne fait pas de celui ou de celle qui le dit ou le pense, un complotiste ou un affreux intégriste anti-vaccin !

Toute vaccination fait porter à des populations entières, un certain nombre de risques qui, quels qu’ils puissent être au départ, sont statistiquement, sinon multipliés d’autant, du moins augmentés, à chaque fois que l’on multiplie le nombre d’injections.

Il faut donc n’avoir aucun doute ou presque, sur le fait que ça en vaille réellement la peine, pour ne pas avoir la main qui tremble au moment d’avaliser pareille décision !

Vacciner trois fois en masse dans des délais aussi courts, c’est exposer ses concitoyens en augmentant ces facteurs de risque, alors même que les bénéfices, eux, restent, finalement, et c’est acté maintenant, assez limités et se diluent dans le temps.

De la même manière, si le vaccin ne se bonifie pas dans ses effets « positifs », la balance bénéfices / risques s’en trouve à son tour amoindrie.

Une dangereuse fuite en avant qui mériterait à minima d’être relevée.

Mais Monsieur Renaud Dély n’en n’a cure !

La France a fait le bon choix.

Il faut absolument répéter cela comme un mantra !

Sauf que le thème principal de l’émission du jour s’intitule :

« Stratégie contre la cinquième vague de Covid-19 ».

Une digue qui ne retient pas l’eau reste une excellente digue à ses yeux et ce n’est pas le vaccin qui est «…………..» *, mais les français qui sont déraisonnables et la cinquième vague, décidément bien trop forte !

Mais nous la terrasserons à la troisième injection, c’est certain !

* Je laisse délibérément à chacun, le soin de compléter la phrase à sa convenance.

Pour le reste, à 75 % d’une population française vaccinée (et cette « performance » est bel et bien à mettre au crédit du président de la république et de son gouvernement), il reste légitime de s’interroger sur un vaccin qui n’empêche toujours pas la contamination ni la transmission et dont les effets s’estompent rapidement dans le temps ? La seule « case » qu’il coche étant la limitation des formes graves mais pas pour toutes les personnes, pourtant correctement vaccinées.

Dans cette lutte contre la pandémie, en terme d’efficacité mesurée des « armes » déployées contre elle, combien serait donc à mettre aux bénéfices des gestes barrières, des tests et autres mesures de distanciation, versus la vaccination ?

L’un n’excluant évidemment pas l’autre et vice et versa.

La question, simple en apparence, appelle à des réponses éminemment complexes.

Alors, si on y ajoute des facteurs politiques ...

Car on y revient et on le perçoit assez bien en filigrane.

Cinquième vague ou pas, il va falloir que les derniers inconditionnels du « Monarque » passent un bon Noël pour être en pleine capacité de se rendre aux urnes en avril !

Toujours quoi qu’il en coûte !

Mais là, on tire vraiment les toutes dernières cartouches !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz