Décrochez-moi ça !

Il y a des juges bien singuliers. Et des présidents bien médiocres. Et des Alzheimer précoces.

De nouveau, la pensée complexe de Jojo l’anarcho est sollicitée.

Supposez qu’un de vous puisse être
Un de ces jours obligé de
Violer un juge ou une ancêtre
Laquelle choisirait-il des deux ?
Qu’une alternative pareille
Un de ces quatre jours m’échoit
C’est j’en suis convaincu la vieille
Qui sera l’objet de mon choix.

Mais si l’on sait que le gorille
Au jeu de l’amour vaut son prix
On sait qu’en revanche il ne brille
Ni par le goût ni par l’esprit.
Lors, au lieu d’opter pour la vieille
Comme aurait fait n’importe-qui
Il saisit le juge à l’oreille
Et l’entraîna dans un maquis.

La suite serait délectable
Malheureusement je ne peux
Pas la dire et c’est regrettable
Ça nous aurait fait rire un peu
Car le juge au moment suprême
Criait « maman ! » pleurait beaucoup
Comme l’homme à qui le jour même
Il avait fait trancher le cou.

Eh bien ! À la liste des bistrots, passants, ménages, étudiants, tapins, flics bien singuliers, que l’épave rencontre au sortir de l’assommoir, dans un autre texte du même Jojo, on va joindre les juges !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/16/selon-le-tribunal-de-lyon-decrocher-un-portrait-de-macron-est-une-interpellation-legitime-du-president_5511134_3224.html

soutien-de-crocheur-macron-1
Tel Maud verbalisée par un gros flic en moto pour, entre autres, vol de pelle, (elle va lui voler la moto) deux militants passaient en jugement pour avoir « volé », c’est-à-dire décroché, des portraits de Manu. Fétichisme ? Meu non, me faites pas rire. Reproche acerbe sur la non-action de la république contre l’effondrement de la nature.

Et le juge invoque « l’état de nécessité » et le « motif légitime » pour relaxer !

Le bougre !

Ça réconforte un peu, non ?

Cerise sur le gâteux, (meu oui, je plaisante pas, Alzheimer peut très bien menacer les quadras), cerise sur le gâteux disais-je, ceci a lieu le jour même où Manu se décide enfin à rejoindre la longue liste des politiciens dits « républicains » qui tentent de ratisser sur les terres du Front rassemblement national.

Tiens : voilà du gluant : Manu, qui « s’intéresse » aux classes populaires :

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/immigration-macron-durcit-le-ton_2097929.html

Jusqu’à présent, c’était indirect, par ses amis en Europe :

https://www.mediapart.fr/journal/international/120919/cette-europe-qui-nous-fait-honte?onglet=full

Rappel des bonnes dispositions de Manu en septembre 2017 :

https://www.lemonde.fr/gouvernement-philippe/article/2017/09/06/loi-sur-l-immigration-macron-annonce-une-refondation-complete_5181490_5129180.html

On attendait la jambe gauche ? Eh bien, il y a erreur. La jambe gauche, on l’avait ! Voici la jambe d’extrême-droite.
Là, on a enfin l’abandon de la notion de rempart macronien contre l’extrême droite.
Vous savez quoi ? C’est une connerie de plus, et une grosse. En France, ça n’a marché qu’une fois, avec le karcher sarkosien, mais à mon avis, sans le karcher, Sarko serait passé quand-même. À chaque fois qu’on fait une pipe à Le Pen, pour un électeur lepénien siphonné, deux électeurs centristes dégoûtés s’en vont voir à gauche si j’y suis. Voyez les yeux cernés de Chirac au lendemain de sa branlée de 1988, voyez la catastrophe sarkosienne de 2012 après ses noces avec Buisson.
Le foutriquet vient de scier la branche sur laquelle il était assis ! Il était trop jeune en 1988. On peut pas dire qu’il a oublié. Mais en 2012 ? Je déconne pas. Il a chopé Alzheimer.

Vous savez ce que c’est le « décrochez-moi ça » ? C’est le fripier.
Manu, je crois qu’il vient de décrocher pour de bon. Sa défroque va rejoindre la longue liste des vieilles fripes de la république.

Amis électeurs. Décrochez-moi ça.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.