Un air de famille

La connerie semble bien être inscrite dans l’ADN de la famille En Marche. Le Filius Familias lui-même nous en avait montré très tôt les signes. À présent, les marcheurs sont de plus en plus nombreux à s'aligner.

Le plus grave de ces signes est à mon sens celui-ci :

1539 (Dans ce billet vous trouverez aussi les liens sur deux autres de Bruno Painvin et Nicole Péruisset-Fache).

Hier, Olivier Varan nous en administrait une autre preuve définitive et péremptoire :

toujours agir avant de réfléchir

macron-griveaux
Et, hier également, une interview au Figaro a fait philippine, celle  de Benjamin Griveaux. C’est d’ailleurs un peu dommage pour la moins velue des jumelles (le coup de marcher dans les 6000 rues de Paris, aujourd’hui !), qui, éclipsée et recouverte par le poil de l’autre, va passer à la trappe de l’histoire, alors qu’elle est extraordinaire, dans la bouche d’un « marcheur ». Après avoir usurpé le mot "marche", gigantesque et méprisante imposture  en face des marches du sel en Inde et des freedom rides aux USA, à présent, ça vire au burlesque.

"Aujourd'hui je marche dans chacune des 6 000 rues de Paris. Ma conviction, c'est qu'Anne Hidalgo a une relation très institutionnelle à la fonction. Moi, je suis en train de bâtir une relation charnelle avec les Parisiens ».

Confusion entre mots. Confusion entre idées. Confusion généralisée aux divers étages de l’exécutif et du législatif. Médiocrité triomphante. Inculture couronnée.

Vous avez le bonjour d’Alfred.

 Mon informateur

La photo de B.G. appartient au Parisien.

Les titres auxquels vous avez échappé :

Comment peut-on être aussi con ?

Comment peuvent-ils être aussi cons et être au pouvoir ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.