Grâce à Nibal : le Caligula de Cami

Les commentaires de mon ami Nibal, je les lis plusieurs fois. Et à la relecture, j’ai vu, vraiment vu, « Cami ». En dehors de la proximité avec « Camus », qui prouve que Nibal pourrait fort bien contrepéter s’il s’en donnait la peine, que venait-il foutre ici, Cami ? Les camés, je sais. C’est BaLoZ et moi. Mais Cami ? Incitaté, j’ai descendu dans mon jardin pour y cueillir ce vieux bouquin.

capture-nibal

 

cami-couverture

Les Grand-parents terribles est une pièce lacano-freudienne, mais sans histoire de surf.

Extrait du deuxième acte.

Résumé : Le petit-fils de famille fait grave flipper parents et grands-parents, graves eux-aussi. On a appelé un docteur.

[..]

LE PÈRE-A-SUBCONSCIENT-VASEUX-MOTEUR

                                        Je vous ai fait attendre.
Excusez-moi, docteur. Ah! vous venez me prendre
La tension. Alors — papa viens avec nous —
Passons dans mon bureau. J’ai le cafard ! c'est fou !
L'Odéon ne veut pas monter ma tragédie,
Et, pourtant, c'est bien le chef-d'œuvre de ma vie !
Je peux vous révéler le sujet… mais, motus !
Ne le répétez pas ! Le titre ! Incitatus.

LE DOCTEUR

C'est ainsi qu'on nommait, si j'ai bonne mémoire,
Le cheval de Caligula ?

cami-caligula

LE PÈRE-A-SUBCONSCIENT-VASEUX-MOTEUR
                                        C'est son histoire.
Que j'ai mis au théâtre en cinq actes, en vers,
On n'a jamais été plus loin dans le pervers !
Et, pourtant, tout est vrai dans ce drame, historique,
On voit Caligula, l'empereur hystérique,
Epouser son cheval.

LE GRAND-PÈRE-TERRIBLE
                                        Quoi que tu chantes là ?
Épouser son cheval.

LE PÈRE-A-SUBCONSCIENT-VASEUX-MOTEUR
                                        Mais oui, Caligula.
Epousa son cheval. C'est grand comme l'antique !
J'avais fait un tableau des noces, magnifique !
On voyait arriver, couronné d'oranger,
Le superbe étalon. Il venait se ranger
À côté de Caligula ; puis les cymbales
Jouaient avec les cors des marches nuptiales.
Pendant que pour se rendre à quelque balthazar,
S'ébranlait le cortège aux cris « d'ave César ! »

LE DOCTEUR
Evidemment, je vois d'ici la mise en scène…
Mais, pour monter cela, il faudrait un Mécène !

LE PÈRE-A-SUBCONSCIENT-VASEUX-MOTEUR
Et puis, mon grand tableau qui montre aux spectateurs
Caligula nommant son cheval sénateur !

LE DOCTEUR
La première eut été, je crois, « très parisienne » !

LE GRAND-PÈRE-TERRIBLE
Un cheval au Sénat ?

LE PÈRE-A-SUBCONSCIENT-VASEUX-MOTEUR
                                        C'est dans l'Histoire ancienne.
Mon drame n'est écrit que d'après documents.

LE GRAND-PÈRE-TERRIBLE, bas, au docteur.
Il m’inquiète, mon gars !…

LE DOCTEUR
                                        C'est du refoulement !
                                                 (Ils sortent.)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.