Jean-Max Sabatier
autoentrepreneur
Abonné·e de Mediapart

325 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 sept. 2019

Le silence, le bruit et les odeurs

Pourquoi les faisans deviennent-ils des aigles dans la conscience collective ?

Jean-Max Sabatier
autoentrepreneur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Semaine de tchatche

Elle me casse les oreilles cette cacophonie célébrante qui a débuté immédiatement, dès que la nouvelle a été connue. Quel bonheur est le mien d’écouter France Musique ! Vendredi, j’ai été informé à 13 heures. Mais sinon, toute la journée, c'était le festival allemand du pianiste Paul Badura-Skoda, décédé lui aussi. (Lui ne méritera pas le silence, au contraire, il méritera la musique.) La cacophonie n’a commencé pour moi que le soir, une fois rentré chez moi, où je n’écoute que France-Info.

soixante-douze mortelles heures déjà

Je me doutais pas que ça durerait la semaine.

Minute de silence

Elle me casse les oreilles, la minute de silence, imposée, dans les écoles notamment. J’y avais pas pensé. J’avais pas pensé non-plus à ça :

Qui mérite le silence ?

Salon de l’agriculture et de l’élevage

Le Roi des Cons Veaux est mort, vive le Roi des Cons Veaux. Effectivement, Macron a surfé. Dommage pour lui que le Rat chic n’ai pas duré un peu plus longtemps, jusqu’en 2022, parce que là, il était sûr de repasser.

Quel humoriste, le grand Jacques ! Clin d’œil à son mentor le grand Charles, qui à Londres en 1940, décréta que les Français étaient des veaux qui méritaient qu’on les massacre, Chirac a promu la tête de veau, qui est devenue un secteur économique, et est devenu le Roi des Veaux. Un journaliste anglais lui demandant :

— Est-ce qu'on ne pourrait pas remplacer la tête de veau par le rosbif royal ?

Il rétorqua :

— Si on veut avoir un rosbif royal, il faut bien avoir un veau. Et comme tous les veaux ne peuvent pas devenir des bœufs, il faut bien manger de la tête de veau.

C’est ainsi qu’on assoit une popularité comme celle que l’on constate aujourd’hui. C'est une sorte de logique paysanne erronée (S'il y a trop de veau, c'est à cause du lait).

N'allez pas voir ça. Les commentaires non-plus. Ça coupe la faim.

La tête de veau est en effet une sorte d’oxymore gagnant, « tête » étant le symbole de l’intelligence, et de la vie, tandis que « veau » est celui de la victime, sacrifiée, et de la mort. Peu chrétien, d’ailleurs, ce rapprochement entre « victime, sacrifiée » et « lâche ». Ça me rappelle le « Il l'a bien cherché. » dans la bouche d'un jeune sot non chrétien non-plus, parlant de Jésus. Ça me rappelle tous les « Ils l'ont bien cherché. » Pas grave. Le christianisme n’a jamais été chrétien, sauf peut-être au tout début, à l’époque où l’on ne toréait dans l’arène qu’entre esclaves et fauves. Il faut dire que pour De Gaulle, « les gens intelligents ne sont pas courageux », et « les gens courageux ne sont pas intelligents » ! Moi je suis pas d’accord. Je suis plutôt nietzschéen ou gandhien, là-dessus. Chercher et admettre la vérité, c’est courageux. Je trouve d’ailleurs l’attitude de Mediapart à la fois intelligente et courageuse. Mais on a peut-être une autre définition du mot « intelligence » que celle qu’en avait De Gaulle. Pour lui, « l’intelligence », ce devait surtout être l’art de nager en eaux troubles. Tandis que défendre la vérité, c’est affronter la multitude des cons, et des salauds parfois. Là, bien forcé d’évoquer un autre bon mot du Général qui répondit à je ne sais quel excité qui avait hurlé ou tagué « morts aux cons » : « Vaste programme ! » La victoire de Chirac fut tardive, mais la synthèse totale, puisque outre la tête de Veau, le Roi des Veaux a fort pratiqué le cul des vaches. 

Chef, Roi, Saint, Dieu

Aujourd’hui, c’est l’apothéose. Les ménagères énamourées et éplorées évoquent l’amour du président pour les veaux, comme l’a fait Manu le soir même. Maman aussi aimait beaucoup Chirac. Le catafalque est celui d’un Saint, d’un Dieu. Procession. Catéchisme. Mausolée virtuel. Culte de la personnalité. Des vessies pour des lanternes.

Snif !

Pourquoi a-t-on ainsi besoin de sanctifier les chefs ? Pourquoi d’ailleurs nous faut-il des chefs ? Les deux questions se répondent l’une l’autre. Atavisme. Archaïsme ancré, et que l’on ne fait aucun effort pour extirper. Le besoin de rites. De célébrations. De totems. De fétiches. Pourquoi les faisans deviennent-ils des aigles ? Un esprit médiocre, mais une main preste à tâter les culs des dames et des vaches. Un arrivisme forcené, mais une faconde factice et efficace. Le goût du pouvoir pour « pouvoir pouvoir », et un manque parfait de scrupules permettant sa conquête. Maux de notre démocratie, élection, puis spirale infernale : « J’ai du pouvoir, alors je parle, je parle, alors j’ai du pouvoir ». Avec les médias-violons qui mènent le bal. Les peuples sous influence.

Paroles d’enfants

Entendu sur France-Info. Micro-trottoir aux Invalides. La petite famille. Micro tendu à un gamin, qui évoque « le bonheur que le président a donné au pays ». Stalinisme libéral. Et le système ose passer ça ! Cette parole des parents dans la bouche de l’enfant, montrant ainsi le formatage, celui du système sur les parents, celui des parents sur leurs enfants.

Un autre enfant qui parle, c’est Greta. Ou le Cancre de Prévert, qui, sur le tableau noir du malheur, dessine le visage du bonheur. Mais c’est aussi hélas le Agnan de Goscinny, Schtroumpf à lunettes. Un élève qui ânonne une leçon. Un perroquet savant. L’école est ainsi faite qu’on peut y briller sans rien comprendre, pour peu qu’on ait la mémoire et la volonté d’apprendre tout par cœur. Heureusement, notre enfant qui parle, c’est encore celui-là qui fait un exposé, sur un sujet qui lui tient à cœur, et qu’il maîtrise. La boucle est bouclée. Vous voyez que j’en suis revenu à Greta !

Odeur des Saints

Quand je m’étais tenu à carreaux un certain temps, maman me disait : « Tu es en odeur de sainteté. » Grâce au mot « sainteté », je comprenais le sens général. Mais je comprenais pas « odeur ». Ce matin, j’ai regardé dans le Robert. À « odeur », l’expression « odeur de sainteté » était mentionnée. Référence à la superstition catholique dans laquelle on prétend que le cadavre des saints peut éventuellement diffuser une odeur suave juste après leur mort !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Odeur_de_saintet%C3%A9

Je me demande d’ailleurs si maman connaissait cette signification ! S’appliquant à un cadavre ! En tout cas, ça s’applique bien aujourd’hui à son Chirac aimé. Maman et Chirac, complètement comparables à Madame Weasley et Gilderoy Lockart. Deux faisans célèbres, deux imposteurs. Et deux femmes, sensibles au charme masculin. Pourquoi les faisans ont-ils du charme ? Pourquoi n’a-t-on pas trouvé d’autre solution pour choisir les chefs que de faire apprécier leur charme ? Notez que c’est la même chose au sein du couple : combien d’unions ne se font que grâce au charme ? Toujours dans Harry Potter, Hermione, rageuse, demande à Ron : « Tu veux dire qu'entre deux filles, tu préfèreras la plus jolie, même si c’est une épouvantable chipie ? » Ron répond : « Oui, c’est à peu près ça. » Et toujours dans Harry Potter, bien sûr, il y a les charmes, les sorts, les philtres. L’orphelin Jedusor qui va devenir le terrifiant Voldemort est né d’une mère sorcière et laide, qui a fait boire un philtre d'amour à un riche et beau Moldu, qui abandonnera femme et enfant quand il sera redescendu du trip magique. Nous, on ne redescend jamais du trip magique. Depuis des siècles, on suit des chefs, on les vénère, et même s’ils ont failli, triché, tué, volé, on les aime. Même si leur fumet est celui d'un faisandé faisan, on n'y perçoit que celui d'un plat de veau qui mijote. Violette, rose, en place des effluves d'argent, de coups fourrés, d'emplois fictifs, etc. Le sépulcre blanchi. Pardonnez-moi de toujours revenir à Jésus.

Quand le système produit un Chirac, ça va encore, notez. Mais il engendre parfois des Voldemort.

Staline, lui, on a fini par le virer du mausolée.  Mais il avait eu une belle procession

Sauver la maison qui brûle, c’est pas gagné.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre