Quand la vérité sort de la bouche des méchants

Je m’adresse depuis la Turquie au président français Emmanuel Macron, et je le redirai à l’Otan. Fais d’abord examiner ta propre mort cérébrale.[..] Personne ne fait attention à toi. Tu as encore un côté amateur, commence par remédier à cela [..] Lorsqu’il s’agit de fanfaronner, tu sais très bien le faire. Mais lorsqu’il s’agit de verser à l’Otan l’argent que tu lui dois, c’est autre chose.

erdogan-macron

 J’avais pas voté pour ça.

Notre président est méprisé, ouvertement, sur la scène internationale, par des présidents fort méprisables. Les farces poignées de main de Donald, c’était déjà grave. Se laisser ainsi faire, balader, emmener en bateau ! et par un faisandé faisan. Pourquoi les sales cons comme Trump savent-ils aussi vite à quoi s’en tenir vis à vis d’un Macron ?

Le problème avec les vagues

La mort cérébrale des partis, et du monde démocratique tel qu’il existe, c’est comme la catastrophe environnementale. Il y a à présent forte majorité dans les opinions pour savoir juste. Et choper des boutons en écoutant les sectarismes de gauche et de droite. Pour s’en tenir au cas français, après trois nullités avérées, Chirac, Sarkosy, Hollande, voilà le Surfer d’Argent. C’est la quatrième. C’est aussi la plus nulle. Mais oui. Plus nul que Chirac, on a vu très vite, tout de suite. Plus nul que Sarkosy et Hollande, on se demandait. Comment se peut-ce ? Eh ben voilà. Ça s’appelle E.M. En Marche. Emmanuel Macron. Et Merde. Excessivement Médiocre (ce qui est oxymore !). Quand une vague est puissante, elle porte et emporte tout, surtout les premiers venus. Il a suffi d’un histrion qui a su vendre le fait d’avoir séduit et surtout épousé une femme plus âgée. Ça, c’est beau ! C’est noble. Tous les hommes rêvent de nymphettes, lui, il emballe son prof ! Alors là, bravo. On peut supposer qu’il y aura pas de ballets roses. Voilà comment un triple zéro, belon primée, emporte le jackpot. Pour achever de faire la preuve de la mort cérébrale de la cinquième république, recette miracle : amours décalées sur la vague.

On ne vote jamais pour quelqu’un de bien

Corruption de l’Ancien Monde. Obsolescence Gauche et Droite. Nécessité d’une Pensée Complexe. Du solide. Du vrai. Tout le monde veut son billet retour. J’avoue, j’y ai cru. Ça a oblitéré le coup des gens qui ne sont rien. Ce que j’ai honte ! Cependant, qui d’autre ? Voilà pourquoi. Après tout, quoi de plus honteux dans le fait de voter pour un gus qui se permet de parler ainsi des gens dans les gares, que de voter pour un ancien ministre de l’intérieur, de gauche, qui fit tirer sur des grèves de mineurs ? Ou pour un faisan de SAC et de cordes ? Ou pour Flamby ? (Je ne parle ici que de ceux pour qui j’ai voté). On le sait bien qu’on ne vote jamais pour quelqu’un de bien.

Zêtes pas d’accord avec le Grand Turc ?

Enfin voilà. Grâce à Manu, LE Manu, celui qu’aime pas qu’on le tutoie et qu’on l’appelle Manu, on est obligé aujourd’hui de donner quitus à un gros calibre en malfaisance, Erdogan. « C’est toi qu’es en état de mort cérébrale ! T’es inexpérimenté. T’es un fanfaron. T’es un amateur.» Zêtes pas d’accord avec le Grand Turc ? Moi si. Notre président a donné tellement de preuves de sa nullité, que même quand il a raison, par inadvertance, il se fait contrer les doigts dans le nez par le premier fumier venu. Enfin le deuxième, puisque Trump lui a déjà fait la leçon. Car il avait raison Manu ! C’est une autre vague, ça, la fin programmée de l’OTAN ! Surtout depuis des mecs comme Bush père et fils, et Trump, justement. Pauvre Manu. Il espérait sûrement se refaire, en servant ce décret, à mon avis majoritaire dans l’opinion.

Avec Manu, même quand la France a raison, elle a tort. C’est pas de la pensée complexe, ça ? Avec Manu, même quand la France est insultée, y a rien à dire. La « pensée complexe » de Manu aboutit à approuver des insultes. Manu, l’homme grâce à qui la pensée, c’est la sottise. Manu, agrégé de Novlangue. Si une cause est juste, pourvu que Manu ne se mette pas à la défendre !

Et Merde.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.