Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

346 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2022

Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Top gun

Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme souvent l'allusion par les loyalistes au drapeau indépendantiste kanak, est caractérisée par des hautes voltige en amalgames.Les mésinterprétation fusent mais ne volent pas haut.Pourtant le drapeau français auquel les loyalistes vouent un culte corps et âmes, ne brille plus autant par la fameuse flamme des droits de l'homme.Le rôle de la France sur l'échiquier international est en déclin.Particulièrement dans ses anciennes colonies africaines qu'elle a contribué à appauvrir via la dette et le pacte colonial.Par ailleurs, l'hexagone a récemment réclamé le remboursement de la dette à Haiti, alors que suite à l assassinat du président Haïtien cette île connaît une crise sans précédent.
Les loyalistes s'emmêlent les pinceaux face aux signes identitaires propres au multiculturalisme qui caractérise la Kanaky Nouvelle Calédonie.Du fait que certains loyalistes revendiquent eux-mêmes un droit à la différence par le projet d'une citoyenneté calédonienne.Tout en vantant un universalisme comme projet républicain, celui d'une égalité de chances de principe pour tous .Tandis que la loi sur l'emploi local brille par son inefficacité.
Rien de bien étonnant que les chiens de gardes du pouvoir que sont les loyalistes crient avec les loups selon les fausses notes de l'extrême droite.
Actuellement, la France subit le revers de son engagement de façade envers le réchauffement climatique.Suite à une gestion quasi-hasardeuse de la pandémie, le gouvernement français brille par son absence suite au fait qu'il a jeté de l'huile sur le feu ardent d'une privatisation massive.De plus, la métropole n'a même pas su organiser la finale de ligue des champions dans sa capitale.
Autant de signes qui font que la grandeur de la nation est en déclin.Sensiblement pour des citoyens de seconde zone qui composent les outre-mer auxquels on a arraché une visibilité hexagonale via la suppression du récent ministère des Outre-mer et de la chaîne France O qui recensait la richesse de la France dans toute sa diversité et dans sa complexité.
Dans ce contexte comment s'attacher à un pays à des politiques qui méprisent ouvertement la diversité des années durant.
Par ces remarques nauséabondes sur le fait qu'un jeune pilote de chasse néo calédonien abore le drapeau indépendantiste.Alors qu'il s'engage pour la mère patrie que les loyalistes
affectionnent surtout, car elle contribue à solidifier une société de privilèges pour ceux qui ont la bonne couleur de peau.Une structure sociétale hier comme aujourd'hui reposant sur des arcanes d'exploitation de pouvoir et d'abnégation.En battant le fer pendant qu'il est encore chauffé par les penchants réactionnaires pour marquer par une main de maître ceux qui sont voués à courber l'échine.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES