Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2022

La démocratie dans l'impasse sanitaire IV

Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Nord joue à la roulette russe, avec des doses de vaccin comme balles pour espérer sortir de la crise sanitaire. Une crise aux ambiances de saloon, aux regards de ceux qui ont la gâchette facile face aux réfractaires du pass vaccinal (tirs de la police néerlandaise lors de manifestation anti-pass vaccinal, à Rotterdam le 19 novembre 2021). Des pays européens soi-disant alliés se piquent des stocks de masques, un scénario de Far-West qui relate des cambriolages de diligences sur les routes européennes. Ces pays achètent des vaccins lors de ventes aux enchères organisées par des liseuses de bonne aventure. Tandis que la population espère voir débarquer en ville ce fameux cow-boy solitaire qui fera régner la paix. En attendant que Zorro arrive, on observe Macron ce Don qui shoote le service public, grâce au lobby bancaire qui lui a mis le pied à l'étrier de l'engagement politique.

On serait tentés de rendre la monnaie de sa pièce, au premier banquier de France. Faudrait-il encore que Macron traverse la rue lui qui nous incite à aller le chercher ? Sereinement, Emmanuel mène son chemin de croix sans se confronter à la plèbe. Il sera probablement crucifié sur l'autel de la démocratie aux prochaines élections présidentielles pour le compte de son dieu le marché unique. Il prêche la bonne parole, lui le prophète des marchés financiers. Avec ses apôtres composés en gouvernement, il prophétise aux anti-vax un scénario apocalyptique visant à réduire à néant leurs libertés qui sont déjà en peau de chagrin.

Macron risque d'échapper au châtiment que lui réserve la foule, en se frayant un chemin, peut-être bien à jet-ski, face à une marée humaine qui voit rouge. On craint cependant une résurrection d'Emmanuel, un deuxième mandat à la fonction de guide suprême qui plomberait nos espoirs. Il faut dire que les aspirant(e)s à cette dite fonction questionnent par leurs légitimités. Mais quand on s'est habitué aux pires même le plus exécrable des vassaux peut tenir un discours qui paraît pour certains étincelant. Macron porte les stigmates de l'ultralibéralisme. Par le biais d'un cynisme prononcé, il devient influenceur pour le compte des laboratoires pharmaceutiques, en fustigeant les " anti-vax ". Sur les réseaux comme au petit écran, l'allusion à une nouvelle vague, permet de jeter l'opprobre sur ceux qui refusent la vaccination. Une dictature de la pensée unique, se profile via une servitude volontaire une tranquillité d'esprit qui s'injecte par plusieurs doses. Un sacre existentiel, une liberté qui est croquée à pleines dents par le capital via le vaccin de la bien-pensance. Les lobbys pharmaceutiques n'hésitent pas à tripler la dose administrée, et doubler le prix du vaccin. Si bien qu'en France, la vaccination est ouverte aux adolescents (12 – 17 ans). Autant vous dire que les lobbys pharmaceutiques n'ont pas finit de se frotter les mains, vu qu'ils engendrent d'ores et déjà des bénéfices record. De ce fait, le coronavirus prend la température d'une déresponsabilisation, celle d'élites confortant l'intérêt de leurs mécènes. Si on considère que les plus grosses fortunes de France ont augmenté leurs richesses de 30 %, en un an, selon le classement de Challenges. Une situation indécente pour l'association ATTAC qui dénonce un enrichissement scandaleux en pleine pandémie, relançant le débat sur la taxation des plus riche. Parallèlement, la société civile s'organise pour palier au manque de moyens dans le service public renvoyant, le pouvoir face à ses responsabilités. L'Etat est en charge d'assurer le bien-être national, or sa position paraît de plus en plus illégitime. Au vu de la gestion quasi-hasardeuse, de la pandémie par la macronie n'inspirant peu ou pas confiance.


Suite à quoi des collectifs avec cahiers de doléances à l'appui, incarnent le peu de contre-pouvoirs que compte encore le pays des droits de l'homme. Face à l'action répressive du gouvernement par des mesures liberticides laissant perplexe quant à leurs viabilités sanitaires, mais s'inscrivent davantage dans une logique de domination (en muselant la contestation sociale, via la quasi-interdiction de manifester) et sociale (en coupant les anti-pass anti-vax de la vie sociale lié aux loisirs, afin de les inciter à se faire vacciner, car les tests PCR sont payants). Le pass vaccinal ouvre une boîte de Pandore, aux allures de dictature sanitaire. Avec autant de variants du virus qui émergent, nombre de vaccins suivront et nous avec (ou pas) pour espérer vaincre la pandémie. Pour ce faire, des périodes de vaccination, seront organisées probablement tous les six mois, ou trimestres voire moins, pour le compte de lobbies pharmaceutiques. Car le gouvernement se focalise sur les vaccins et ne s'intéresse pas ou peu aux traitements (mise à part ceux de Pfizer). Les Gaulois réfractaires scandent que la liberté ne se brade pas au prix fixé par les multinationales. La situation sanitaire miroite des libertés soldées pour le compte de lobbys renforcés par l'affaiblissement d'États Nations. Ce schéma s'observe dans une forme exacerbée au Sud via des politiques d'austérité, mais reproduit sa macabre partition néolibérale, au Nord, perceptible en France via une forme d' "État-failli ", encouragée par une dette galopante.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B