Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

319 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juin 2022

Ce voyage qui sommeille, en moi

Jean Michel GUIART
Doctorant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'heure du départ approche, j'emballe mes affaires aussi précieuses, soit-elle pour signifier ma présence, là où ne m'attend pas. Je pars rejoindre l'autre versant de ma vie qui me tend les bras. À tous ces actes manqués qui m'ont contenu dans un espace qui n'a plus, la même importance.

Il y a de ces lieux qui habitent votre imagination par une atmosphère sans pareille. La nature y évoque un tout, perçue par une curiosité qui prend le dessus sur l'indifférence. Où, quand, comment peuvent sembler des questions sommaires, quand le périple importe autant que la découverte. À tous ces actes manqués qui m'ont conduit à me renouveler las-bas plutôt qu'ici. Le « je est un autre » nous confie Rimbaud, aussi pour se découvrir quoi de mieux que s'aventurer dans, ces ailleurs prolifiques, révélateurs de ces nous qui sommeillent en soi. Quand ici le bonheur à portée de main m'a été interdit, las-bas à portée de regard, je retrouverai, cet enfantin sourire. Chacun se plaît à mystifier une destination quand l'émerveillement est au rendez-vous. Un acheminement qui s'étend de surprises de soubresauts et vacarmes en tout genre. Quand ce qui paraît pittoresque est époustouflant et quand ce qui paraît fantastique est dérisoire. Tout est question de perspectives, mais les invectives n'aidant pas à percevoir ce qui est autre. Las-bas tout diffèrent moi même maintenant, je me sens différent.

Grâce à ce voyage d'une virulente beauté qui prend le pas d'une direction aussi étrange que d'heureux hasards. Lorsque les incompréhensions s'accommodent de sourires. Parfois les mots ne suffisent pas à retranscrire la curiosité. La langue n'a pas de réelles barrières. Quand le regard reflète l'âme. Il y a des harmonies en substance qui font que les mots ne sont pas nécessaires. Seul compte le regard. Quand les différences amusent plus qu'elles n'effraient. Ces différences-là, on en redemande. Car elles nous font sentir l'instant, plus qu'une richesse, elles sont un besoin d'exister. Ces différences qui témoignent d'une amitié naissante chaque jour, d'une surprise une célébration chaque jour. Il me faut simplement appréciés ces vagabonds instants , appréciés ces messager moments. Simplement quitter un endroit où la routine prend otage une vie, quitter un confort qui nous conforte dans le regard des autres.


Dorénavant le chemin de mes envies se nourrit de modestes enseignes où par la simplicité d'une entrée, je m'y aventure. Où chaque mets rend hommage à la saveur d'un pays d'une région. L'accueil rend chaque instant de toute beauté. La vie en vaut le détour, ici et là. Quand loin de son pays natal, on trouve un chez-soi. Désormais, chez moi, est là où au sel de la vie. Je me nourris à la source sur le fleuve du temps avant de quitter ce monde. En autant de morceaux qu'il n'y a d'étoiles, là où rayonnent les ténèbres.

Ce voyage qui sommeille en moi adoucit une mort promise aussi mystérieuse soit-elle. Il me donne le pouvoir d'écrire ma vie décrire ces instants que je pense posséder. Mais dans cette vie ou une autre l'inattendue demeure spectaculaire d'éphémères. Une obsolescence qui fut programmée pour fléchir. Grâce à des tourments, au tournant d'une vie sans encombre, sommes-nous bercés par le silence des dieux, ou armés d'espoirs d'imaginer le monde ? Fuir la vie est ainsi faite fuir le temps fuir la mort, puissent les dieux accueillir avec bonté ceux qui ne sont plus, sur le chemin où le désespoir guette.

Vivre à crédits d'espérances avant que le rideau ne tombe, je goûterais au désir aussi éphémère soit-il. Pour ne plus entendre dans les profondeurs de mon âme chanter les sirènes du regret. Ni insensible à leurs charmes ni à leurs sérénades mais les jérémiades nous mène la vie dure. En vain je cherche du courage au fond de cette bouteille posée sur le rivage d'une mer d'ivresse. Désormais disciple de la beauté du monde, sa paisible présence a su taire les maux. Au son des vagues nomades mon cœur s'est perdu. L'émerveillement conforte mon plaisir qui autour de ce nouveau moi s'étreint.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat