Bagatelle

Le soleil étonne de couleurs 

Sur le chemin de la déshérence 

Je te vois fleurs 

Ne l'oublie pas

Ne m'oublie pas 

N'oublie pas qu'aussi loin que ton fuyant regard, je t'attendrai

À l'ombre d'un bonheur qui m'est interdit 

Dans cet instant qui n'est que pénombre 

Je n'attendrai que toi

Dans mes souvenirs à la bagatelle de tes maladresses, tu m'apparais 

Et Dieu sait que de tes imperfections

Je ne saurai te résister

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.