Ce rêve bleu

 

 

 

Depuis toujours ce rêve bleu de traverser la mer Méditerranée m'anime

Moi qui vit aux abords des multinationales implantées au Sud

Je suis à leurs pieds mais je me meurs aux portes de la forteresse européenne

Car cette barque de misère ne fut pas assez solide

Pour supporter nos rêves, nous sommes désormais prisonniés

De ce bleu azul comme tombeau

 

 

 

Ce ciel et cette mer est un désert de bleu dont je suis dorénavant un grain de sable

Cette soif de vivre se déshydrate au fur et à mesure que mon corps coule

Mes poumons se noient, personne désormais plus ne m'entendra

Ni crier ni exister le sel dévore mon courage naïf

De croire qu'un jour me sera permis le bonheur

L'Europe nous asphyxie à coup de sac plastique dans cette mer

Où vos enfants se baignent mais les nôtres s'y noient

Mon souffle s'estompe je n'ai que des bribes d'images

Nous sommes partis avec ce canot de sauvetage sans navire ni capitaine

Sans même savoir nager dans cet océan de raison

Qui prend le dessus sur notre passion dévorante de vivre

Loin de cette terre natale synonyme de guerres, de maladies et d'infamies

Où mes ancêtres sont enterrés, paix à leurs âmes

 

 

 

Le chemin de mes terribles espérances a eu raison de ma vie

Loin de tous ceux que j'aime, c'est pour eux pourtant que je suis partis

Car nous caressions ensemble ce doux rêve d'être à l'abri du besoin

Désormais mon pays comme ma vie ne m'appartiennent plus

Ils n'ont été que souffrance et errance animés seulement par ce vœu de liberté

Puisque nous sommes les fils de la pauvreté et les cousins de la misère...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.