jean munch
Abonné·e de Mediapart

849 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2022

jean munch
Abonné·e de Mediapart

Prémonition ou simplement une analyse juste?

Le stexte qui suit a été écrit le 28 févreir soit 4 jours après le début de la guerre...

jean munch
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LA  MUNCHLINE DU  28.02.22 ter

Prémonition ou simplement une analyse juste ?

Le texte qui suit a été écrit le 28 février dernier, soit 4 jours après le début de la guerre en Ukraine

« Similitudes mortelles

Ce qui se passe en ce moment en Ukraine a de très fortes ressemblances avec ce qui s’est passé en Europe il y a plus de 80 ans.

À l’époque le dictateur élu s’appelait HITLER et aujourd’hui il s’appelle POUTINE
Cela a avait commencé par un « Anschluss », celui de l’Autriche approuvé par ses habitants comme en 2014 celui de la Crimée. Puis il y a eu les sudètes comparables aux républiques auto proclamées du Donbass suivie par deux congrès à Munich, l’un qui a précédé l’occupation de la Pologne hier et un autre précédant le conflit avec l’Ukraine aujourd’hui.

À cette époque aussi, l’Europe n’a pas voulu la guerre et elle l’a eu. Que se passera-t-il demain ?

On aurait au moins et au minimum, pu imposer que le ciel de l’Ukraine devienne une No Flight Zone, afin d’interdire le survol de l’Ukraine par l’aviation russe et par les hélicoptères de combat. Non, on a préféré rester bien au chaud à regarder la télé. Il est vrai que le « télé travail » est à la mode !

Demain se tiendra à New York une assemblée générale de l’ONU. Si la France, pays fondateur et membre permanent du Conseil de Sécurité voulait sauver son honneur, elle pourrait proposer que l’ONU mette fin aux mandats accordés à la Russie en Abkhazie et en Ossétie de sud, deux régions russifiées à grande vitesse sous le chapeau du mandat onusien si ce n’est avec sa bénédiction.

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’ancien agent du KGB, la Russie accapare des territoires, comme pour, ainsi que nous l’écrivons depuis des années, faire revivre l’Empire Russe, qu’il soit impérial ou soviétique. Parfois avec la bénédiction de l’ONU qui après les lui avoir apportés sur un plateau tourne la tête pour ne rien voir, ou comme avec l’Ukraine, par la force armée brute.

Saurons-nous sauver notre honneur ? Je prends le pari que nous n’oserons même pas aborder le sujet car nous savons être forts avec les faibles et surtout très conciliants avec les forts, surtout s’il y a du business à faire avec eux, ce qui en dit long sur la qualité du personnel politique en place !!!

Il est vrai que faire la guerre est une chose relativement facile, faire la paix est un peu plus compliqué surtout si on envisage de faire du business avec la partie dite adverse et ce n’est pas l’ancien banquier d’affaires qui nous dirige qui va dire le contraire ! »

Il n’y a rien à ôter à ce texte sinon à constater que nous savions tous, enfin ceux qui ne détournaient pas le regard, ce qui allait se passer. Cela nous montre également que, comme le disent les enfants « c’est celui qui dit qui est » et que les vrais nazis ne sont pas en Ukraine, mais au Kremlin !

Nous sommes toujours en train de courir après POUTINE qui, avec sa décision mise en œuvre à grande vitesse de l’annexion de 20% du territoire ukrainien, à cornérisé tout le monde.

La mobilisation en très grand nombre des hommes russes a pour but de « stalingradiser » l’est de l’Ukraine et les recrues qui y seront envoyées en masse serviront de chair à canon ce qui permettra à POUTINE d’accuser l’UKRAINE de massacre en masse et de réveiller le sentiment national russe ainsi que le ressentiment à l’égard des ukrainiens sans compter que si les cadavres s’entasseront, il y aura une pression occidentale sur l’Ukraine afin qu’elle accepte le fait accompli.  

Deux principaux responsables à part POUTINE bien entendu. En premier il y a Joe BIDEN qui n’a cessé de répéter plusieurs mois avant le conflit et en même temps que la CIA diffusait les photos du rassemblement en masse des chars et des soldats russes à la frontière ukrainienne, qu’aucun GI ne viendra en UKRAINE ce qui de fait bloquait l’OTAN dans ses casernes. Le deuxième responsable est E. MACRON qui, guidé par un hubris démesuré et alors qu’il présidait l’UE, pensait qu’avec son verbe, il pourrait dissuader POUTINE de tout action belliqueuse. Ce dernier l’a laissé causer et peut-être même a-t-il fait semblant d’écouter.

On connait la suite et l’armement qui est fourni à Kiev ne sert qu’à essayer de compenser l’incompétence des uns et des autres. Un peu quelque chose comme « la honte et la guerre » de CHURCHILL après les accords de Munich !

J.M.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart