Lexique

Pour justifier bon nombre de projets et de décisions gouvernementales, on nous parle de la nécessaire amélioration de la compétitivités....

LEXIQUE

 

Pour justifier bon nombre de projets et de décisions gouvernementales, on nous parle de la nécessaire amélioration de la compétitivité des entreprises françaises.

En réalité par « compétitivité » il faut entendre « rentabilité », « consolidation des marges », « augmentation des dividendes » ou « préservation de la valeur boursière ».

Pour attirer les investisseurs tellement recherchés, on ne parle pas de la qualité des produits, des laboratoires de recherches et développement des entreprises, de ses possibilités de développement, mais du montant des dividendes annuels, de l’évolution de la valeur des actions en bourse et souvent de la possibilité de dégager du cash !

Majoritairement, quand une entreprise capote ou qu’elle licencie, c’est pour des raisons boursières. Ainsi, dans un exemple récent, celui de l’aéroport de Toulouse, on a appris que l’investisseur chinois a littéralement pompé toutes les liquidités de l’entreprise y compris les réserves obligatoires, avant d’accepter de vendre ses parts à la Sté EIFFAGE réalisant une plus value de 200 millions d’euros ! Et Bercy n’a pas moufté alors que Bruno LEMAIRE avait pourtant affirmé avec force vouloir veiller au grain !

Combien de fermetures d’usine, de délocalisations, de licenciements, juste pour préserver la soi disant « compétitivité ». Alors que les salariés sont toujours mis sur la sellette, il est rarissime que les actionnaires soient appelées à la rescousse en raison de leurs responsabilités de copropriétaires des entreprises concernées, et la crise de la Covid 19 nous a montré que si certaines entreprises ont accepté de ne pas verser de dividendes cette année, cela ne veut pas dire que ce ne sera pas juste différée sur 2021. D’autres entreprises ont carrément refusé d’envisager ne serait-ce qu’une baisse de leurs dividendes. Si dans le monde du spectacle on dit que « the schow must go on » dans le monde des affaires ce sont les dividendes qui doivent perdurer !

 

J.M. 06.07.20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.