Nous n'avons pas osé hier, oserons nous aujourd'hui,

En 1951, quand la Chine a décidé d'envahir et d'annexer le Tibet, personne n' a bougé. C'était loin....

NOUS N’AVONS PAS OSÉ HIER, OSERONS NOUS AUJOURD’HUI ???

 

En 1951, quand la Chine de MAO a décidé d’envahir et d’annexer le Tibet, personne n’a bougé. C’était loin le Tibet. Et c’est plein de montagne et de neige, il y fait froid et en plus il y aurait le yéti…

Aujourd’hui, la Chine s’est approprié toutes les îles Spratleys et Paracels sans tenir aucun compte des pays riverains ni du droit international et y installe des bases militaires. Et personne ne bouge. Et l’ONU regarde ailleurs !

Un peu partout sur la planète mais principalement en Afrique, la Chine achète des terres et construit des infrastructures dont elle devient propriétaire : ports, rail, routes, aéroports Instituts Confucius, bases militaires etc. En France la Chine a acheté des milliers d’hectares de bonne terre agricoles dont la production prend directement la route de l’empire du Milieu.

En Europe la diaspora chinoise progresse rapidement, la Chine rachète les fleurons de l’industrie, et achète les terminaux de ses nouvelles routes de la soie. La Grèce et l’Italie sont les premières touchées. En outre elle en profite pour essayer de briser l’union des pays européens en faisant miroiter des accords bilatéraux soi-disant gagnant gagnants.

Si tout cela est possible c’est parce que nos dirigeants regardent ailleurs, ou y trouve un intérêt. Politiquement, nous fermons les yeux devant le non respect par Pékin de sa signature concernant le régime politique de Hong Kong et d’avance on a peur pour Taiwan.

On laisse faire l’ethnocide qui se déroule au Xinjiang où les hommes ouïghours sont emprisonnés dans des camps de rééducation et soumis au travail forcé alors que les femmes subissent une stérilisation forcée. Personne n’a levé le petit doigt quand Israël a mis en œuvre une semblable campagne de stérilisation des femmes falashas, alors quand l’ogre chinois s’y met à son tour et utilise des méthodes et moyens dignes de l’Allemagne nazie, on regarde ailleurs.

Il y a au moins trois raisons principales qui rendent cette cécité sélective possible.

En premier il y a notre lâcheté habituelle trop habitués que nous - en fait tous les autres pays de la planète y compris les organisations internationales – sommes, à notre confort petit bourgeois, sans nous rendre compte que d’une manière ou d’une autre nous serons « colonisés » par la Chine.

Il y a bien entendu les intérêts financiers qui gangrènent nos civilisations occidentales. À titre d’exemple, ce n’est pas lorsque Daimler Benz vient d’annoncer que la production de l’usine SMART de Hambach en Moselle va être délocalisée en Chine, que l’Allemagne va entreprendre une action quelconque alors même qu’elle préside l’Union Européenne et qu’à ce titre elle devrait agir. Nos valeurs sont jetées aux orties et nous avons collectivement choisi d’honorer le dieu Mammon ! La Chine aussi a une grande appétence pour l’argent, mais au niveau de l’État il y a une vision qui a le seul mérite d’exister, mais qui s’impose, alors que l’UE est incapable de nous proposer un projet d’avenir !

Enfin la différence fondamentale entre la Chine et le reste du monde est la notion du temps. Pour nous le temps est rythmé par les échéances électorales et les destins personnels de nos dirigeants alors que pour Pékin seul compte le destin national et le temps long, même si le nouvel Empereur de Chine n’est pas insensible à son propre destin qu’il confond volontiers avec celui de son pays.

À force de regarder ailleurs, nous finirons tous par attraper un torticolis. Quant à l’ONU elle se discrédite chaque jour davantage et mérite de plus en plus l’appellation de « machin » que lui avait donné Le Général !

Quand à notre Président, il a pris la décision de rendre tous les ans une visite de vassalité à l’Empereur XI Jinping afin de lui rendre hommage en espérant la signature de quelques contrats.

Reprendre le plus possible notre indépendance économique est un des moyens pour la France et l’UE de retrouver un peu de dignité et de considération internationale.

 

J.M. 09.07.20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.