Va - en - guerre

En décidant de déplacer l'ambassade US de Tel-Aviv vers Jérusalem, D. TRUMP a rajouté une couche de discorde ...

VA -T - EN GUERRE

 

En décidant de déplacer l’ambassade US de Tel-Aviv à Jérusalem, D. TRUMP a rajouté une forte couche de discorde dans la poudrière du Moyen Orient qui n’avait pas besoin de cela. Puis il a récidivé en proposant son « plan de paix » concocté par son gendre Jared KUSHNER qui avalise et consolide la proposition des juifs ultra orthodoxes de l’appropriation des terres palestiniennes, position fortement soutenue par les évangélistes américains, soutiens électoraux de D. TRUMP.

Ce rêve du Grand Israël est justifié par ses partisans au nom de l’histoire du peuple juif guidé vers cette terre par Yaweh lui-même.

Historiquement cela pose quelques problèmes car la discussion de savoir si ABRAHAM venait d’Ur en Chaldée au sud de Sumer et un peu au nord de l’actuel Koweït, ou de Ura l’ancienne ville du royaume hittite lequel s’étendait jusqu’à Byblos. Coïncidence, cet «Ur » turque se trouve tout près de Göbekli Tepe, un site mégalithique 2ooo ans plus vieux que Stonehenge et d’une beauté tellement remarquable que la théorie actuelle qui veut que ce soient des chasseurs cueilleurs qui l’ont érigé parait très douteuse.

En fait, avant l’arrivée de la famille d’Abraham, le terme « famille » devant être pris au sens très large, cette terre de Canaan était occupée par des tribus qui pourraient tout autant en réclamer l’antériorité historique. Même l’Egypte pourrait en revendiquer l’antériorité car les Pharaons sont souvent venu s’y installer afin de se protéger des Hittites dont le royaume s’étendait jusqu’à Byblos comme dit en supra.

Les motifs invoqués pour justifier les revendications territoriales sont multiples. Il y a les conquêtes militaires, les problèmes de religion, de culture, de race, les problèmes liés à la langue, l’antériorité d’occupation, sans parler de la soif de pouvoir et de richesses des uns et des autres ainsi que les problèmes de démographie. Ils ont tous été utilisés par les uns et les autres.

De nos jours la Turquie veut retrouver la grandeur de l’Empire Ottoman, la Russie celle de l’Empire des tsars et de l’URSS, et Pékin sa place d’empire du Milieu avec sa civilisation millénaire. Au siècle dernier les nazis ont voulu reconstruire le Grand Empire Germanique et mettre en avant la supériorité de la race aryenne alors que Staline voulait imposer le marxisme léninisme !

Dans le conflit israélo-palestinien les différents plans de paix n’ont jamais aboutis car au début il n’y avait de part et d’autre aucune volonté d’aboutir, les ultras y veillaient et les déclarations n’étaient que de façade. Il faut se rappeler la guerre de 1947-48 a été largement fomentée par le grand mufti de Jérusalem, un personnage viscéralement anti juif et pro nazi.

Sauf qu’un jour, l’ex terroriste ARFAT a décidé de ne plus revendiquer l’anéantissement d’Israël et que de l’autre coté certains dirigeants juifs, ont fini par accepter la présence des Palestiniens et ont a commencé à bâtir un projet de paix.

Mais de part et d’autre les ultras veillaient. Ils ont torpillé toutes les tentatives allant dans le sens de la paix et, pour les extrémistes juifs, jusqu’à assassiner Itzhak RABBIN, un faucon devenu colombe et qui croyait en la possibilité d’une paix et de deux états séparés.

Alors quand D. TRUMP met son grain de sel dans le salmigondis israélo-palestinien à la seule fin d’obtenir le soutien électoral des juifs américains et des sionistes chrétiens, il agit comme un vrai pousse-au-crime totalement irresponsable et d’une inculture politique et historique dramatique.

Dans ce dossier on oubli, volontairement, un aspect très particulier, celui de l’origine des « fellahs » c’est à dire des arabes israéliens et plus largement des palestiniens. il semble que très peu avant sa disparition, BEN GOURION, le père d’Israël, s’en serait inquiété mais sans pouvoir agir.

En effet les conversions forcées ont été pratiquées de tous temps pour la bonne et simple raison qu’il fallait augmenter le nombre de la population soumise, afin qu’elle puisse produire la nourriture mais aussi les guerriers nécessaires aux forces victorieuses. De nos jours, l’État Islamique a fait de même tout comme les armées du Prophète lorsqu’elles ont commencé leur guerre de conquête et d’islamisation.

Cela veut dire qu’il y a de très fortes probabilités que, tant les arabes israéliens que les populations palestiniennes, soient de lointains descendants de paysans juifs convertis de force à l’Islam. Pour cela il faudrait lancer une vaste campagne d’analyse chromosomique en recherchant dans l’ADN mitochondrial les lignées de cette population.

Sauf que personne n’en veut, car il faudrait reconnaître que ce conflit se fait entre cousins…ce qui est impensable des deux cotés. C’est d’autant plus inacceptable que du coté israélien il y une partie de la population, minoritaire en apparence mais très active, qui milite pour la pureté de la race juive, doctrine qui a toujours existée en dépit des crimes nazis dont les juifs ont été victimes au nom de cette même doctrine. Il y a quelques années certains ont poussé cette doctrine en allant jusqu’à stériliser sous de faux prétextes médicaux, les femmes falashas, pourtant de religion juives depuis des millénaires. Aujourd’hui encore, il y a une discrimination envers cette population !

Pour ce qui nous concerne nous avons depuis de très nombreuses années, écrit que la solution des deux pays était vouée à l’échec en raison des antagonismes et des buts réciproques.

Pour nous la seule solution serait celle d’un seul pays, avec deux peuples et trois religions, celles du Livre, solution qu’Israël ne veut à aucun prix en raison du risque de débordement démographique.

On en est là !

 

J.M. 14.07.20

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.