BARRAGES

en cédant aux injonctions de Bruxelles...

Il faut faire barrage !!!

 

En cédant aux injonctions de Bruxelles sur la privatisation de nos barrages, le Gouvernement ne voit en fait qu’une nouvelle source de cash, c’est à dire un profit immédiat au détriment d’une gestion à longtemps terme.

 

Plus de 70% de nos barrages sont largement amortis ce qui fait qu’ils sont d’un rapport financier immédiat et particulièrement important.

Ces barrages sont la propriété de l’ensemble des citoyens qui les ont financés par leurs impôts, ils font partie du patrimoine national et aucune instance, surtout supra nationale, ne doit pouvoir nous obliger à nous en dessaisir.

Mais ceux qui sont à condamner ce sont nos politiciens en place qui n’ont aucuns scrupules ni aucune notion du sens de l’Histoire de notre pays tout comme ils n’ont aucune vista de son avenir. Il ne se souviennent pas, jeunesse obligeant, de ces populations déplacées, des ces villages englouties dont seul parfois émerge un clocher.

Curieusement les autres pays européens ont trouvé des solutions pour faire échec aux demandes des technocrates de Bruxelles.

 

L’eau, surtout avec les incidences du réchauffement climatique, sera l’objet des batailles dans les années à venir et aucun homme politique n’a le droit de confier à des entreprises étrangères, fussent-elles européennes, une ressource aussi stratégique que l’eau, source d’énergie mais aussi et surtout source de vie.

 

En fait cette injonction de Bruxelles est un des nombreux signes qui confirme que nous sommes dans une Europe du business au service des investisseurs toujours à l’affût de produits juteux propres à apporter du cash rapidement et sans risques et aux antipodes d’une Europe politique qui respecte les us et coutumes de ses membres.

 

Il serait intéressant de savoir quelle est la position des listes en lice pour les prochaines élections au sujet de ce problème vital, car l’eau c’est la vie !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.