Rien ne change...

Lors de son entretien du 14 juillet, E. MACRON est resté fidèle à ses habitudes et d'entrée il nous a gratifié d'un "in petto"...

RIEN NE CHANGE …

 

Lors de son entretien du 14 juillet, E. MACRON est resté fidèle à ses habitude et d’entée, il nous a gratifié d’un « in petto », histoire de montre qu’il avait du vocabulaire.

Puis, exercice maintenant devenu quasi t rituel, il s’est livré à sa séance d’autocritique sans tout de même aller jusqu’à l’auto flagellation. Combine de fois s’est-il déjà livré a à cet exercice qui semble plaire aux Français, alors que fondamentalement rien ne change si ce n’est un retour dans l’ancien monde tellement décrié.

Il nous a répété que la France est devenue numéro un en matière d’attractivité mais en oubliant pudiquement de préciser que cela était dû à la politique d’amélioration des marges et de l’augmentation des dividendes.

En langage clair cela veut dire que les financiers peuvent venir investir en France, le retour sur investissement étant très favorable et comme au loto, ça peut rapporter gros. Comme l’a montré la scandaleuse opération de l’aéroport de Toulouse, les investisseurs étrangers peuvent venir et écrémer nos sociétés. Même s’il y aura quelques déclarations ministérielles d’intentions, on les laissera tranquilles.

Puis il s’est livré à sa non moins habituelle séance de fascination des foules en nous parlant de projets qui devront nous faire vivre au paradis, mais sans jamais nous préciser comment ces projets seront financés ! Il fait valser les milliards en signant des chèques sans provision.

Enfin, une fois de plus il nous a dit que le cap serait maintenu en confondant le cap et l’objectif à atteindre. Tout marin, même néophyte, sait que quand un grain s’annonce, il faut changer de cap ce qui ne veut pas dire que le but à atteindre change. Mais notre marin d’eau douce, notre capitaine de pédalo, pense que rien ne viendra perturber ses rêves.

Il nous a tout de même précisé qu’un couple sans enfants et qui avait un revenu mensuel de 4000,00 €, en gros 2,5 fois les SMIC, faisait partie des 20% les plus riches ce qui fera certainement très plaisir aux cadres moyens qui savent désormais qu’ils jouent dans la même cour que les ARNAUD, LAGARDÈRE ou PINAULT !

 

J.M. 15.07.20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.