jean munch
Abonné·e de Mediapart

760 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Liberté, Liberté chérie...

Peut-être jalmais comme depuis la campagne de vaccination on aur partlé de "liberté" et ce premier volet ...

jean munch
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LA  MUNCHLINE du 16.01.22

Liberté, liberté chérie…

Peut-être jamais comme depuis la campagne de vaccination on aura parlé de « liberté » et ce premier volet de notre triptyque républicain n’a été tellement malmené et assaisonné à toutes les sauces, chacun l’utilisant pour justifier ses actions et/ou ses inactions avec des raisonnements souvent très approximatifs.

Très peu on fait l’effort de juxtaposer la notion de liberté avec celle de fraternité ou celle d’égalité.

Et presqu’aucun n’a donné sa place à la notion de responsabilité pourtant essentielle dans ce dossier sanitaire, la liberté de se faire vacciner se heurtant à la responsabilité que nous avons envers nos proches mais aussi envers nos voisins, et tous ceux que nous côtoyons.

Ces jours-ci, l’émission d’Élise LUCET nous a rappelé fort justement que le corps médical qui pourtant œuvrait pour la vaccination et dans une certaine mesure contre cette liberté d’accepter ou non la vaccination, était un des plus farouches défenseurs de la liberté !

En l’occurrence il s’agit pour les médecins de la liberté de s’installer où ils voulaient. Et tant pis pour la vocation, tant pis pour les déserts médicaux et tant pis pour les malades.

Non seulement ils veulent pouvoir s’installer là où ils veulent, mais ils exigent également du Gouvernement qu’il leurs finance l’installation des cabinets médicaux et l’embauche des assistants et secrétaires !

Comme l’a dit clairement et avec un sourire dans la voix et sur le visage le président d’une association de médecin, les médecins libéraux veulent que l’État mette la main à la poche !

Cela pose une question : - combien de professions sont-elles aidées par l’État dans leur installation et dans le financement de leurs personnels ? Il n’y a que le corps médical qui bénéficie de cet avantage financier considérable et si cela est possible, c’est parce qu’en France comme dans d’autres pays, le corps médical est un lobby très puissant. Si les choses ont un peu évoluées, il y a quelques années, les médecins étaient la profession la plus représentée chez les élus !

Par ailleurs il faut noter que l’actuel Président de la République est issu d’une famille de médecins. Père, mère, belle-mère, frères et sœurs sont tous des médecins. Un vrai lobby familial, ce qui fait qu’il ne faut pas trop compter sur lui pour faire évoluer les choses !

Si les études médicales ne sont pas gratuites, mais c’est le cas pour tout l’enseignement supérieur, cela n’a rien à voir avec ce qui se passe dans d’autres pays comme les USA par exemple d’autant que les internes sont payés à hauteur de 1000€/mois en première année et 2000€ en cinquième année. Mais le reste à charge est très important : frais d’inscription, cotisations santé, livres et documentation, logement et nourriture sans compter les prépas privées qui sont d’un coût prohibitif mais dont l’utilité est prouvée, comme si la Faculté ne pouvait pas dispenser des cours complémentaires !  Il y a beaucoup à faire et cela vaut pour tout l’enseignement supérieur-il n’y a qu’à voir le coût des études dans les grandes écoles-surtout si nos élus veulent continuer à parler de « la Grande Nation » sans être ridicules !

Il est impératif de mettre fin à la liberté d’installation des médecins du moins pour les cinq premières années d’exercice, en obligeant les jeunes diplômés à exercer dans des communes qui leurs seront proposées par les ARS afin de mieux répartir la couverture médicale et amener celle-ci au plus près de nos concitoyens et non l’inverse. Il en est de même pour le choix des spécialités qui doit correspondre aux besoins et non au libre choix et pour cela il faut amener effectivement la médecine générale au rang de spécialité.  

Le problème de la santé en France sera un long et dur combat mais on ne peut en faire l’impasse, du moins si on a l’intérêt collectif comme but.

Rappelons que dans tous le corps médical et assimilé, les médecins sont les seuls à bénéficier de ce privilège assez exorbitant !

J.M

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA