UE: signal d'alarme

Selon le ministre de l'économie, le COVID-19 nous ferait perdre environ 0,1 point du PIB et cette perte....

SIGNAL D’ ALARME

 

Selon le Ministre de l’Économie, le COVID-19 nous ferait perdre environ 0,1 point de PIB et cette perte concernerait principalement l’industrie du tourisme et du luxe. Cela devrait nous inviter à une réflexion globale vers une diversification plus importante de notre économie et une moindre dépendance envers la Chine ?

En effet, si ce monstre démographique de 1,4 Mds d’habitants s’enrhume, au propre comme au figuré, nous toussons et plus.

Sur le plan purement médical, sommes-nous capable de mettre sur pieds les structures sanitaires nécessaires dans un temps record ? De combien de chambres d’isolement disposons-nous ? Avons-nous suffisamment de personnel mobilisable ? Sur ce dernier point, dès 2005 j’avais proposé par le biais d’un élu à l’A.N. la création d’une réserve médicale mobilisable « au coup de sifflet », regroupant d’office tous les médecins, infirmières et aides soignantes retraités depuis moins de cinq ans.

Sur le plan économique et politique sommes nous capables de remettre en cause nos diverses aliénations ? N’oublions pas que les USA sont au moins tout aussi dangereux pour l‘UE que la Chine actuellement voire beaucoup plus notamment à cause de l’exterritorialité du Droit américain. Nous avons réussi à créer une monnaie commune, mais nous ne savons pas ou nous n’osons pas l’utiliser comme arme à l’instar de ce que font les USA.

L’essor démographique de l’Europe est terminé alors il est temps de préserver les acquits et ce qui est vrai pour la Chine l’est également pour l’Inde et les autres géants à venir comme le Brésil, et surtout l’Afrique de l’Ouest.

Ces considérations devraient pousser les politiciens de tous bords à se mettre rapidement autour de la table afin de promouvoir une Europe politique solide et respectueuse des particularismes de toutes ses composantes, ce qui est condition sine qua non. Comme nous l’avons écrit à plusieurs reprises, il faut impérativement définir et préserver les quatre niveaux de compétence, de décision et d’action : local, régional, national et européen.

Si nous ne comprenons pas cela nous n’arriverons jamais à construire une Europe viable et fiable. Mais nous devons également tout faire pour aider les pays non encore membres de l’UE à y arriver. La vitesse maximale d’un convoi, routier ou maritime est égale à la vitesse maximale le son élément le plus lent. Il en est de même pour la construction et la consolidation de l’UE ce qui, veut dire qu’il y a encore beaucoup de pain sur la planche.

Mais saurons-nous aller au-delà des clivages existants, réels et profonds ou superficiels voire artificiels ? Saurons-nous aller au-delà des hubris, personnels et nationaux ? C’est mal parti !

 

J.M. 16.02.20

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.