Un besoin d'Europe

En fait il faudrait dire "une nécessité vitale d'Europe", ce serait plus conforme aux nécessités du moment.

UN BESOIN D’ EUROPE

 

En fait il faudrait dire « une nécessité vitale d’Europe », ce serait plus conforme aux nécessités du moment.

 

Au Proche-Orient, le nouveau sultan d’Ankara veut remettre en cause les traités récents mais aussi l’histoire de cette partie du monde. Il oublie un peu vite que si la Turquie est l’héritière de l’Empire Ottoman, elle l’est aussi du royaume séleucide, c'est-à-dire de cette Grèce d’Asie Mineure fortement hellénisée par Alexandre le Grand.

On pourrait même aller jusqu’à dire que de nombreux turcs sont des descendants directs de ces grecs qui avaient une civilisation si riche.

Selon Homère la guerre de Troyes aurait duré 10 ans, il ne faudrait pas qu’en ce début de siècle elle soit remplacée par une « guerre de Kastellorizo ».

Pour justifier sa position, la Turquie se fonde sur son rejet des traités de Versailles, de Lausanne en 1923, de Paris en 1947 et elle ne reconnaît pas la Convention des Nations Unies de Montego Bay de 1982 qui fixait le Droit de la Mer. Elle a signé un accord de souveraineté maritime avec la Libye pour se partager cette zone, alors que la Grèce a signé un accord identique avec l’Egypte.

Pourquoi la Turquie devrait-elle se gêner alors que de l’autre coté de la planète, la Chine a fait main basse sur toute la mer de Chine et les îles qui s’y trouvent, allant jusqu’à transformer les îlots rocailleux des Spratleys et des Paracels, en fortins militaires fortement armés. Tout ceci au grand dam des pays riverains comme le Vietnam, les Philippines, Brunei, et la Malaisie dont les prétentions de souveraineté étaient tout autant justifiés que celles de Pékin.

Mais personne n’a osé bouger et remettre en cause les actions de la Chine. L’ONU a laissé faire.

Alors pourquoi Recep ERDOGHAN se gênerait-il, pourquoi n’userait-il pas du même procédé ?

On sait depuis longtemps que l’ONU ne sert plus à grand-chose depuis son absence de réaction lorsque les USA ont déclenché la deuxième guerre d’IRAK et sont partis en guerre malgré l’absence de preuves concernant les prétendues armes de destruction massive et le veto de la France. Et on peut tenir le même raisonnement concernant l’absence de réaction lors de l’annexion de la Crimée par la Russie..BUSH, V. POUTINE, XI Jinping et R. ERDOGHAN ont utilisé et utilisent les mêmes recettes : « qui ose gagne ! »….et pour le moment ils gagnent !!!

 

Si l’Europe n’arrive pas à se doter très rapidement d’une instance politique réelle et forte, et qu’elle ne se dote pas d’un bras armé pour se faire respecter, alors oui, elle ne mérite pas d’exister. Tout ce que fait l’Europe tourne autour du business, du profit, des marges, des bénéfices, des affaires, du pognon et de nombreux pays sont prêts à vendre leur âme et celles de leurs citoyens contre des contrats. Certains vendent des passeports et des certificats de nationalité contre de fortes sommes, d’autres et non des moindres, négocient des contrats et d’autres encore font la promotion de leur fiscalité avantageuse au détriment des autres pays de l’Union.

 

En ce moment, on se bouge un peu pour protester contre ce qui se passe en Biélorussie, mais qu’avons-nous fait pour ce qui se passe à Hong Kong ou ce que l’on fait aux millions de Ouighours ? RIEN ! Et pourquoi ? Parce qu’il y a des affaires à faire en Chine !

 

L’Europe, continent « des valeurs humanistes » est devenu celui des valeurs boursières et au siècle des lumières succédera celui des ténèbres, de la lâcheté, des compromissions, parce qu’il y a trop, beaucoup trop d’ambitions personnelles et d’avidité chez nos politiciens.

 

J.M. 16.08.20


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.