Dette et déficit

Notre déficit et notre dette en ce début d'année 2020 sont respectivement de .....

DETTE ET DÉFICIT

 

Notre déficit et notre dette en ce début d’année 2020 sont respectivement de 100 et 2500 Mds €. Par comparaison les chiffres US sont de 1000 et 22300 MDS avec l’énorme différence que les USA peuvent à volonté faire fonctionner leur planche à billets ce qui n’est pas possible pour notre pays.

Une des causes de l’accroissement de notre déficit et de notre dette est la décision prise par notre Président depuis son arrivée à l’Elysée, de faire baisser fortement les ressources budgétaires. L’ensemble des suppressions d’impôts et de taxes, les baisses de l’impôt sur le revenu, les défiscalisations, les désocialisations, les diminutions des charges patronales et autres dispositifs, coûteront en année pleine entre 35 et 40 Mds, montant qu’il faut comparer au déficit annuel et aux énormes besoins de notre pays dans tous les domaines : milieu hospitalier et santé, enseignants, modernisation de l’Armée, infrastructure etc.

En fait notre président joue la même carte que son homologue D. TRUMP qui a fait fortement baisser les impôts ce qui lui vaut un regain de popularité…chez ceux qui en profitent, à la différence que le dernier peut faire fonctionner sa planche à billets alors que le premier n’aura comme solution lorsque cela deviendra ingérable, que d’être « contraint et forcé » à faire basculer dans le secteur privé toute une série de dépenses actuellement prises en charge par le Budget de l’Etat en commençant par le domaine de la protection sociale et de la santé.

Il est regrettable que des voix ne s’élèvent pas pour stigmatiser cette politique abjecte. Mais il faut reconnaître qu’il est quasi politiquement suicidaire de s’élever contre les baisses d’impôts et de taxes ! Et pourtant, bonne nouvelle, certains réfléchissent déjà à la mise en place d’une « contribution résidentielle » destinée à remplacer la Taxe d’Habitation.

 

J.M. 18.01.20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.