Le prix du laxisme

les évènements que nous vivons, qu'il s'agisse des divers attentas islamistes, des attaques contre les ^policiers ou encore de la fronde contre les mesures de lutte contre la Covid-19,...

LE PRIX DU LAXISME

 

Les évènements que nous vivons, qu’il s’agisse des divers attentas islamistes, des attaques contre les policiers ou encore de la fronde contre les mesures de lutte conte la covid-19, ont en commun qu’ils ont été permis par le laxisme dont font preuve nos dirigeants et cela depuis très longtemps.

Nos élus sont coincés entre le bon déroulement de leur «carrière » et la prise des bonnes décisions et trop souvent ils font une confusion entre leurs intérêts particuliers et l’intérêt général.

La résistance de nos concitoyens face aux mesures de lutte contre la pandémie, résulte quant à elle, du formidable cafouillage auquel nous assistons depuis fin janvier 2020. Il y a eu la totale ignorance du Plan National de Prévention et de Lutte pandémie grippale qui contenait toutes les mesures de surveillance, d’alerte, de prévention et de lutte y compris la mise en place des réserves stratégiques des produits nécessaires, ce qui a entraîné des retards, des mensonges, l’enfoncement de beaucoup de portes ouvertes et la réinvention de l’eau chaude ! La prise de conscience toujours pas reconnue de ces manques et la multiplication des organismes de conseil ainsi que la pléthore des spécialistes souvent auto proclamés et fortement sollicités par les médias, a eu pour conséquence une communication gouvernementale pour le moins chaotique, inaudible et ouvertement remise en cause.

Ainsi la tolérance coupable vis-à-vis des raves sauvages non sanctionnées, la tolérance coupable vis-à-vis des rassemblements spontanés ou non, comme sur les berges du canal Saint Martin à Paris, a-t-elle complètement décrédibilisé la parole des autorités et la communication élyséenne a totalement failli. Si le confinement un peu tardif a été globalement réussi, on ne peut en dire autant du déconfinement confié à celui qui allait devenir l’actuel Premier Ministre ! Pour l’avoir expérimenté dès l’entrée dans la vie active à l’age de 20 ans nous savons qu’il est beaucoup plus facile de desserrer la vis que de la resserrer. Dommage que nos politiciens ne connaissent pas cette vérité.

Pour ce qui est de l’école il y a de très nombreuses années que les rapports s’amoncellement sur les étagères du Ministère. Nous ne citerons que le rapport OBIN de 2004, suivi cette année par l’excellent livre « Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école » du même auteur. Dans l’Éducation Nationale le laxisme ne concerne pas que l’intrusion de l’islamisme, mais de façon plus générale, l’autorité des enseignants régulièrement remise en cause mais quasiment jamais sanctionnée en vertu de la catastrophique doxa en vigueur « Pas de vagues » ! En fait dans ce domaine, il s’agit plus d’une vraie lâcheté organisée que d’un simple laxisme.  

Un des maux qui ronge l’action politique et gouvernementale dans notre pays, est l’invention et la mise oeuvre de ce que l’on appelle «les éléments de langage » qui ont pour objet de lisser et d’uniformiser la communication politique et gouvernementale en la dépersonnalisant. Parmi ces éléments de langage on trouve « les accommodements raisonnables » qui ne sont que la mise en oeuvre des reculades et des abandons successifs habillés de façon plus acceptable.

On peut aussi y classer la très faible réponse de l’appareil judiciaire qui utilise un peu trop souvent le « rappel à la loi » et la non mise en oeuvre des condamnations lorsqu’il y en a.

D’une manière plus générale, on accepte sur le territoire national des personnes sans leurs faire signer un engagement à respecter les lois et valeurs de la République. Il s’agit là d’un principe. Si on veut venir s’installer en France la moindre des choses serait de respecter cette vieille maxime qui date de l’empire romain « à Rome fait comme les romains ». Tous ceux qui viennent ont quelque chose à apporter afin d’enrichir le pot commun, mais la remise en cause de notre République et de ses valeurs ne doit pas en faire partie.

 

J.M. 18.10.20

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.