Histoire de braquets...

On a l'habitude de parler d'ujne Justice à deux vitesses. Avec ce que l'on apprend presque tous les jours....

HISTOIRE  DE  BRAQUET  ???

 

On a l’habitude de parler d’une Justice à deux vitesses. Avec ce que l’on apprend presque tous les jours, il faudrait plutôt dire une vitesse à vitesses multiples c’est-à-dire avec au moins trois plateaux et une douzaine de pignons !

Ces jours-ci on a appris que le policier qui avait enregistré la plainte de CHAHINEZ avait été lui-même condamné pour violences intrafamiliales !

Il est déjà très surprenant que cet homme n’ait pas été relégué à des tâches adaptées et qu’on l’ait mis à l’enregistrement des plaintes, mais le comble est que cette condamnation n’a pas été inscrite sur son casier judiciaire  comme ce serait le cas pour tout citoyen lambda !

Un exemple parfait pour illustrer cette Justice à vitesses multiples.

On pourrait mettre dans le même sac la manière dont ont été traités les ministres mis en examen au début du quinquennat – M. BAYROU, Mmes SARNEZ et GOULARD- virés comme des malpropres et sans mollir, et le traitement de faveur réservé au Ministre de la Justice qui reste en place malgré sa mise en examen. Cela devrait au minimum nous questionner.

Il est plus que probable que celui qui est surnommé « acquittator » par ses pairs, a été choisi en raison même de ses démêlés avec les juges. Cette nomination politique lui permettra éventuellement et dans la mesure où les parquets sont sous l’autorité du Ministre par le biais des procureurs généraux,   de contrôler le calendrier des audiences et éviter que des affaires qui pourraient être fâcheuses pour le locataire de l’Elysée, ne soient programmées avant l’élection présidentielle de 2022. Il en est ainsi de l’affaire BENALLA qui n’en finit pas de trainer car on ne sait ce qui pourrait sortir en cours d’audience. Or ce dossier a pris naissance officiellement en juillet 2018 pour des faits datant du 1 mai de la même année. C’est long, très long.

Il faut se rendre à l’évidence, quand la Justice s’intéresse à ceux qui sont proche du pouvoir ou qui en sont des émanations, elle avance sur la pointe des pieds…carrières obligeant !  

Par contre quand il s’agit de vulgaires manifestants, avec ou sans gilets jaunes, alors là on y va hardiment et les condamnations pleuvent comme à Gravelotte !!!

 

J.M. 25.07.21

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.