Urgence place Beauvau

ce Week end passé, les services de sécurité de la Place Beauvau ont eu la peur de leur vie car on pensait qu'il faudrait hospitaliser Gérald DARMANIN.

URGENCE  PLACE  BEAUVAU

 

Ce weekend passé, les services de  sécurité de la Place Beauvau ont eu la peur de leur vie car on pensait qu’il fallait hospitaliser Gérald DARMANIN. On se souvient qu’il avait déclaré qu’en entendant les mots « violences policières » il s’étouffait. Or il a eu droit et nous avons eu droit au spectacle son et lumière d’un véritable déchainement de violence.

Nous savons le Pouvoir refuse de parler de violences policières et on ne peut nommer autrement ce que nous avons vu. Mais quand plusieurs policiers exercent des violences d’une extrême brutalité, comment les appeler autrement ! Le président MACRON est également rappelé à la dure loi de la réalité car lui aussi avait déclaré qu’il n’y avait pas de violences policières.

La personnalité du Préfet de Police et de son ministre de tutelle sont pour le moins sujettes à caution. Le premier car il avait été appelé à ses fonctions actuelles en raison de sa propension à un maintien de l’ordre brutal et violent, partie intégrante de sa feuille de route, le second car il veut faire mieux que  Nicolas SARKOZY devenu son modèle, afin de capter les électeurs de droite

Les images que nous avons vues, que ce soit celles de la Place de la République ou celles du 17 ème arrondissement, nous montrent que « l’ensauvagement » évoqué par le Ministre de l’Intérieur  a contaminé la Police.

Cela pose le problème du recrutement et de la formation des forces de l’ordre ainsi que la nécessité de clarifier leur doctrine d’emploi sans oublier la remise en cause de la chaine de commandement.

Par-dessus tout il faut impérativement que l’IGPN soit dissoute au profit d’une structure totalement indépendante du Pouvoir. C’est à ce prix que la confiance pourra revenir et remplacer la défiance.

Comme nous l’avons écrit il faudrait aussi s’interroger sur ce qui se passe dans les coulisses du pouvoir car il ne serait pas étonnant que Gérald DARMANIN inquiète tant au RN car il pioche dans ce qu’ils pensent relever de leur ADN, que chez les LR où il contrarie les ambitions des uns et des autres. Mais il inquiète surtout chez les marcheurs où on se souvient de la prise du pouvoir par leur chef de fil, et il ne faudrait pas que cela se reproduise avec autre un jeune ambitieux !

Rien d’étonnant dès lors qu'on ait l’impression que l’on savonne le tremplin des ambitions du Ministre de l’Intérieur.  

 

  1. M. 27.11.20

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.