Ce que je n'ai pas entendu

Je sais que je vais vous décevoir, car vous attendez à ce que je vous donne les dates d'ouverture des terrasses des restaurants....

CE  QUE  JE  N’ AI  PAS  ENTENDU

 

Mes Chères Concitoyennes, mes Chers concitoyens,

Je sais que je vais vous décevoir, car vous attendez à ce que je vous donne les dates d’ouverture des terrasses, des restaurants, des salles de cinémas, de spectacles, des musées, des stades et de tous ces lieux où il est bon de se retrouver. Il n’en sera rien

Ces dates c’est vous qui les fixerez, car vous êtes des citoyennes et des citoyens responsables.

Moi, en charge de la République et en vertu des pouvoirs que vous m’avez conférés en m’élisant au poste qui est le mien, et en accord avec les scientifiques du pays je vous indique les seuils qu’il conviendra de ne pas dépasser et ce durant une période d’au moins une dizaine de jours afin de tenir compte de la période d’incubation du virus.

Lorsque durant cette dizaine de jour nous aurons su tenir ces seuils, alors tous ensemble, nous retrouverons cette joie de la vie en commun.

C’est à la fois une affaire individuelle mais aussi l’affaire de tous et si nous en avons pleinement conscience, nous y arriverons et comme vous, tout Président  que je suis, j’ai hâte de m’installer à une terrasse, un verre à la main en regardant les chalands qui passent.

Mais gare aux contrevenants, car ma main ne tremblera pas.  

 

En lieu et place je n’ai entendu que des dates avec des conditionnels que les gens ont pris pour des certitudes et une situation au moins aussi catastrophique que celle du 29 janvier dernier.

On se souvient qu’au début on nous parlait d’un taux de 50 contamination pour 100 000 habitants et aujourd’hui, parce qu’on en est très loin (plus de 390) on fixe la barre à 400 !  Chez nos voisins allemands elle est à 100 et à 150 chez les italiens.

Une fois de plus les autorités ont fait un pari et au plus mauvais moment, mais on nous dira que ce sera la faute du variant indien, ou d’un autre, mais certainement pas à cause du choix présidentiel ou de sa communication désastreuse.

 

J.M. 30.04.21

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.