Valium et terrorisme

L'une des hypothèses évoquées pour expliquer le crime de Las Vegas, que nous mentionnions dans un précédent article, est que son auteur Stephen Paddock était au moment de son passage à l'acte sous l'empire d'un puissant psychotrope.

Un rapport du Nevada Prescription Monitoring Program obtenu mardi 03/10 a en effet confirmé que Paddock s'était fait prescrire le 21/06 cinquante doses de 10 milligrammes de diazepam, dit aussi Valium, par son médecin, le Dr S.W. Ceci pourrait confirmer la thèse qu'il était sous influence de ce produit, éventuellement pris à forte dose les jours précédant son passage à l'acte.

Adam Garrie, rédacteur en chef de TheDuran, qui a communiqué cette affirmation, se demande si les autres tueurs en série ne sont pas eux aussi sous l'emprise de tels médicaments. Il va même jusqu'à supposer que les auteurs d'attentats terroristes islamistes pourraient eux-aussi être drogués pour accepter de se suicider de cette façon.

Ceci paraît très probable. Mais les organisations terroristes islamiques ne devraient pas se voir exonérées de leurs responsabilité. Ce sont nécessairement elles qui font circuler et procurent ces produits, obtenus par contrebande. Il est vraisemblables que leurs émissaires locaux les fournissent en priorité aux individus déjà identifiés par eux comme mal adaptés psychiquement ou socialement.

Sans doute faudrait-il mieux règlementer et mieux contrôler les médecins qui les prescrivent, ou les pharmacies qui les délivrent. Mais ceci paraît très difficile en l'état du droit, compte-tenu du très grand nombre de personnes qui les consomment en excès dans nos sociétés déjà malades.

Voir http://theduran.com/confirmed-vegas-shooting-suspect-proscribed-dangerous-drugs-just-like-many-previous-mass-shooters/


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.