Coupe du Monde en Russie : une victoire russe.

La France a célébré partout avec ferveur la victoire de l'équipe de France sur celle de Belgique à l'occasion de la demi-finale du 10 juillet. Toute l'Angleterre, qui semblait jusqu'ici ne s'intéresser que médiocrement au foot-ball, se passionne aujourd'hui pour l'autre demi-finale, opposant la Croatie et la Grande Bretagne le 11 juillet.

 Bien évidemment la victoire en finale apportera à l'équipe gagnante une célébrité, on peut dire le mot, mondiale.

On remarquera que les Russes, bien qu'éliminés, n'ont pas cessé de s'intéresser en masse à la Coupe. Ceci tient évidemment au fait que celle-ci se tient en Russie, jusqu'ici considérée comme infréquentable. Theresa May a fait preuve d'un obscurantisme effrayant en refusant s'assister aux finales en Russie.

Ce n'est pas le cas d'Emmanuel Macron qui, avec beaucoup de sens diplomatique, s'est rendu en Russie pour la demi-finale et a même – horresco referens - échangé quelques mots apparemment aimables avec les autorités russes. Il a ainsi voulu semble-t-il confirmer le choix que la France, en sa personne, a décidé de se placer en puissance autonome entre les Etats-Unis et la Russie. L'on peut penser que la majorité des citoyens français soutiennent cette décision. Il sera présent dimanche 15 juillet pour assister à la finale opposant la France à l'Angleterre ou à la Croatie.

Beaucoup de Français, n'aimant pas particulièrement le foot-ball, s'étonnent de l' enthousiasme du pays pour ces épreuves, alors que bien d'autres questions plus graves, disent-ils, devraient mobiliser leur attention. C'est évidemment ne pas vouloir voir différents facteurs faisant de la Coupe de la FIFA en Russie un élément géopolitique de première importance.

- Il montre d'abord que les jeunesses des pays concernés éprouvent un plaisir évident à se rencontrer et à partager les mêmes enthousiasmes, fut-ce seulement virtuellement à la télévision. On peut penser que ces « jeunes » ressentent non seulement le plaisir d'être ensemble, mais aussi de se trouver en Russie, jusqu'ici présentée par la propagande occidentale comme un pays à fuir. De retour chez eux, ils n'auront plus, on peut l'espérer, ces mêmes préjugés.

- L'organisation jusqu'à ce jour parfaite des émeuves de la Coupe par les autorités russes contribue évidemment au prestige de Vladimir Poutine, qui s'était personnellement impliqué dans la préparation de l'événement. Les Européens ne peuvent plus désormais considérer la Russie comme l'ennemi à combattre, ce que sous-entend la présence de leurs gouvernements au sein de l'Otan.

- La position de Donald Trump, qui vient exhorter le 12 juillet au sommet de l'Otan les Européens à consacrer davantage de moyens militaires à la préparation d'une guerre contre la Russie, en est d'autant plus affaiblie. L'absence d'une équipe américaine à la Coupe, voulue ou non, montre d'ailleurs implicitement que les Etats-Unis refusent délibérément de traiter la Russie comme une puissance fréquentable. Ce faisant, ils se mettent en dehors d'une confédération euro-asiatique en cours de mise en place, où la Russie sera la première partenaire de l'Europe.

- On peut espérer enfin que les contacts renoués entre les Russes et les Européens à l'occasion de cette Coupe encourageront les nombreux projets de coopération actuellement en latence entre l'Europe et la Russie. Ceci notamment en Allemagne et même en France.

Comme quoi le foot-ball n'est pas à mettre sur le même pied que d'autres sports, comme par exemple le rugby ou le tennis. Il ne sera plus sans doute possible de le snober comme ceci se fait encore dans certains milieux.

  Réaction parfaitement justifiée à l'article

Le football a remplacé le sexe. Ces éructations de plaisir sont des jouissances comparables. Ce qui les attire est le plaisir d'être entre hommes, car cherchez les femmes qui ne font pas du suivisme docile. Notre mépris n'est pas du snobisme, mais un profond désintérêt au départ. Il est vrai qu'il se double de snobisme car c’est un sport de gros c... que je méprise. Anne B.

Réponse:

Le point important pour nous est que l'évènement se passe en Russie, réintégrant ainsi les Russes parmi les gens " fréquentables". JPB 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.