Macron  incompétent pour le grand patronat allemand

Il n'est pas étonnant de constater qu'au 15/12, le mouvements des Gilets Jaunes continue à manifester contre l'insuffisance ds mesures dites sociales présentées par Emmanuel Macron pour répondre à certaines de leurs exigences.

La raison que ceux-ci en donnent est qu'il s'agit de mesures cosmétiques, se limitant dans les meilleurs cas à verser aux plus défavorisés (selon l'expression) des primes variant entre 100 et 1000 euros (nous simplifions). Aucune de leurs exigences plus fondamentales, telles pour ne citer que la plus immédiate d'entre elles, le rétablissement de l'ISF, n'a été prise en considération.

Ceci étant, le coût de ces concessions pour le budget public, aussi modestes soient-elles, devrait entraîner une augmentation du déficit budgétaire, conduisant celui-ci au delà de la limite de 3% du PIB autorisé par l'Union européenne UE. La France rejoindrait ainsi l'Italie, considérée par les institutions européennes comme mettant en péril la survie même de l'UE, ce qui est évidemment très exagéré.

Il reste que Emmanuel Macron est de plus présenté par le grand capital allemand, qui domine l'UE, comme incapable de répondre avec la fermeté suffisante aux revendications des Gilets Jaunes. Macron ouvrirait ainsi la porte à une généralisation dans toute l'Europe, y compris en Allemagne, de mouvements révolutionnaires recherchant la disparition de l'ordre capitaliste. Si l'on en croit certains articles désormais publié par la presse conservatrice allemande, Macron serait trop faible. Il devrait rapidement être remplacé par un régime fort qui saurait remettre à la raison l'opposition s'exprimant dans la rue. Cela n'est pas dit explicitement mais selon ces articles, Macron devrait faire tirer sur les manifestants, même s'ils sont pacifiques et se démarquent expressément des casseurs.

Nous avions dès le début décembre exprimé cette possibilité 1) Nous y écrivions :
La recette (pour faire taire) les Gilets Jaunes serai de remplacer non seulement Emmanuel Macron mais l'actuelle République Française par un régime autoritaire, voire une quasi dictature. Celle-ci ferait appel à toutes les forces du capital international qui s'inquiètent aujourd'hui de voir Emmanuel Macron mettre en péril par son incompétence le pouvoir qui est le leur, non seulement en France mais dans le monde.

Aujourd'hui, cette perspective se précise, avec les propos menaçants du grand capital allemand. Il ne faut pas s'illusionner. Le mouvements des Gilets Jaunes, aussi bon enfant qu'il nous paraisse, pourrait conduire au rejet généralisé d'un capitalisme de profit en train de mettre en danger une planète menacée par l'épuisement des ressources et le réchauffement climatique.

Le grand capital prend dorénavant la menace très au sérieux, comme l'indiquent non seulement la presse alternative 2) mais le Journal Le Monde lui-même 3). Faut-il en conclure que ceux qui critiquaient Macron pour sa politique favorable à la conservation de l'ordre capitaliste et de ses abus devraient désormais renoncer à le faire ? Sans doute pas. Ils devraient au contraire travailler à préciser et faire connaître ce que pourrait être un ordre économique et social de remplacement, non seulement en France mais aussi dans le monde.

Référendums populaires

Dans ce cas cependant, l'on pourrait craindre que des personnages prétendant tout savoir 
n'imposent leurs idées relatives à ce que devrait être cet ordre de remplacement. Ils couperaient ainsi la parole à des manifestants actuels ou futurs considérés comme incompétents, mais porteurs de propositions plus originales ou plus radicales. Ceci dit, des mouvements qui se battent contre l'ordre actuel sans trop savoir ce qu'ils voudraient mettre à la place risquent vite de se décourager.

Il faudrait tout au moins que les projets de remplacement soient soumis régulièrement à des référendums populaires (dits aujourd'hui RIC, pour initiative citoyenne) organisés par les organisations d'oppositions. De tels référendums ne sont pas faciles à réaliser, mais avec Internet beaucoup de choses deviennent possibles.

Certes le risque de détournement demeurerait, mais si le dialogue faisait intervenir un nombre suffisant de contestataires, le détournement deviendrait plus difficile. Ceci d'autant plus qu'après quelques semaines, un nombre grandissant de citoyens se prendrait au jeu, apporterait des propositions inattendues et renforcerait la dynamique révolutionnaire.

Références

  1. 02 12 http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=3362&r_id=&t=Macron%20sera-t-il%20balay%E9%20pour%20incomp%E9tence%20par%20le%20CMI%20mondial%A0?

  2. https://www.wsws.org/fr/articles/2018/12/14/alle-d14.html
    http://www.dedefensa.org/article/macron-legauleiteret-la-populace-jaune

  3. https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/12/11/gilets-jaunes-les-choix-de-macron-inquietent-berlin-et-bruxelles_5395713_823448.html

    Sur un thème voisin, voir aussi Le charme indiscret des Gilets Jaunes
    http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24924

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.