Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

2901 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2018

Les Etats-Unis s'installent militairement en Syrie

Les Etats-Unis ont annoncé le 14 janvier la création d'une « Force de sécurité frontalière » ( Border Security Force ou BSF) pour "empêcher la résurgence" des djihadistes.

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Celle ci sera composée pour moitié par des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui rassemblent des combattants kurdes et arabes opposées à Damas,  le reste des effectifs seront composés de nouvelles recrues dont sans doute des forces spéciales de l'armée américaine, déjà présentes en Syrie. D'ores et déjà, le Pentagone a maintenu un contingent de 2.000 hommes de l'armée américaine, qu'ils n'ont pas l'intention de rapatrier.

Après avoir proclamé la défaite de l'Etat Islamique EI, et s'en attribuant d'ailleurs le mérite, Washington n'a donc pas l'intention de quitter la Syrie. Il veut conserver sous son contrôle une partie du territoire syrien. Ceci n'est manifestement pas pour éviter, comme proclamé, une résurgence de l'EI, mais pour en faire une base arrière à partir de laquelle poursuivre le projet de renverser Bashar al Assad et obtenir le départ des Russes installés dans les bases de la côte syrienne. Cette BSF mettra nécessairement les Etats-Unis en conflit direct avec la Russie et l'Iran, qui soutiennent Bashar.

Réaction turque

Dans l'immédiat, la BSF annoncée par Washington met directement celui-ci en conflit avec la Turquie. Les FDS sont dominées par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), une milice kurde considérée par la Turquie comme l'extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation kurde qui livre une guérilla contre Ankara depuis 1984.

Le président Erdogan n'a pas tardé à réagir: « Un pays, que nous qualifions d'allié, insiste pour implanter à notre frontière une armée terroriste, en dépit de toutes nos objections, de nos mises en garde et de nos recommandations bien intentionnées » a-t-il affirmé le 15. Son porte-parole, Bekir Bozdag, a accusé Washington de "jouer avec le feu" en constituant cette force.
Dans ce contexte de tensions, Erdogan a affirmé que l'armée turque était prête à lancer une opération à tout moment contre les bastions des YPG à Afrine et Minbej, dans le nord de la Syrie. L'armée turque vient d'ailleurs d'envoyer un convoi d'une vingtaine de blindés à la frontière avec la Syrie, selon l'agence de presse étatique Anadolu

L'annonce de la création de la nouvelle force frontalière en Syrie a également fait réagir la Russie, dont le ministre Sergueï Lavrov a dit attendre « des explications détaillées ». Il a réaffirmé que la Russie n'accepterait jamais une partition de la Syrie. Précédemment, Moscou avait accusé les Américain de protéger et de réarmer des combattants de l'EI supposés vaincus par l'alliance américaine.

Très probablement, Vladimir Poutine, pour ne pas attiser les inquiétudes turques, renoncera à une éventuelle participation des YPG à un congrès qu'il souhaite organiser les 29 et 30 janvier dans la station balnéaire de Sotchi afin de trouver une issue à ce conflit qui a fait plus de 340.000 morts.

Tout aussi inquiétant est le fait que Washington reconnaît ouvertement vouloir s'opposer avec cette force à l'influence grandissante de l'Iran. Devant la Commission du Sénat pour les Affaires étrangères, le vice secrétaire d'Etat David Batterfield en charge du Moyen Orient, a indiqué que son gouvernement était « très préoccupé » par la part que prenait désormais l'Iran à la lutte contre le djihadisme. Mais il a refusé de commenter ces propos. Nul n'ignore cependant que l'Iran est alliée à la Russie et à la Syrie.

Ajoutons que Washington, avec la création de cette force de sécurité frontalière, escompte une intervention militaire turque contre elle, comme promis par Erdogan. Cette intervention serait très mal vue par Damas et surtout par Moscou. Washington espère ainsi fragiliser l'alliance turco-russe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants.
par Caroline Boudet
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — France
La FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO