Pont entre la Russie et la Crimée

Vladimir Poutine a officiellement inauguré le pont construit par la Russie pour rejoindre ce pays et la Crimée à travers le détroit de Kertch. Il a conduit lui-même le train chargé de cette inauguration.

 

Rappelons (source http://www.ifmer.org/assets/documents/files/documents_ifm/1-le-pont-et-le-detroit-de-kertch.pdf ) que pour atteindre la Mer d'Azov à partir de l'océan, il n'existe que deux possibilités. Soit depuis l'Atlantique en empruntant les détroits de Gibraltar et de Sicile, soit depuis l'Océan Indien et le Golfe d'Aden, en passant par le détroit de Bab-el-Mandeb, la Mer Rouge et le golfe puis le canal de Suez. Ensuite, une fois franchis la Mer de Marmara et le détroit du Bosphore, on traverse la mer Noire pour parvenir au détroit de Kertch qui commande l'accès à la Mer d'Azov.

Après avoir été mer intérieure de la Russie, la mer d'Azov, également bordée par l'Ukraine, est aujourd'hui un espace maritime international commandé par le détroit de Kertch. Seule liaison entre la Mer Noire et la Mer d'Azov (et vers la Mer Caspienne par le canal Don-Volga), le détroit est un passage éminemment stratégique. L'idée d'un pont qui relierait la Crimée à la Russie n'est pas nouvelle et, après qu'un projet élaboré par Hitler n'ait pas abouti en 1943, un premier ouvrage a été construit durant l'été 1944, après la libération de la Crimée par l'Armée Rouge, mais il sera détruit  à la fonte des glaces six mois après sa mise en service. Le projet revient au cours des années 2000, avant le rattachement de la Crimée à la Russie. Abandonnés pendant quelque temps, les travaux ont repris en 2014 et abouti récemment.

L'Ukraine considére le détroit de Kertch comme relevant de son seul contrôle. Elle y a bloqué souvent des navires provenant de Russie ou destinés à elle. Mais il est difficile en droit international de contester la construction d'un pont qui facilitera considérablement les échanges. Aujourd'hui, elle affirme que les arches du pont sont trop étroites pour permettre le passage de navires d'un certain tonnage. Mais pour le moment, sauf à bénéficier d'un appui américain, elle ne se sent pas en mesure de déclencher une guerre avec la Russie sur ce point.

Par contre elle semble envisager sérieusement des attentats anonymes qui pourraient endommager le pont, voire le rendre intulisable. Les pertes de véhicules civils empruntant le pont lors de tels attentats ne l'inquiètent pas.

Références

*https://russia-insider.com/en/multi-billion-crimean-bridge-becoming-another-flashpoint/ri23404

http://theduran.com/ukraine-should-blow-up-putins-crimea-bridge-unhinged-washington-examiner-advocates-terrorism/?mc_cid=b8221c578a&mc_eid=c88862f7f8

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.