Le robot humanoïde japonais HRP-5P.

Comment la France a perdu la bataille de la robotique intelligente

La presse mondiale, y compris française, s'étend avec complaisance sur les performances annoncées du robot humanoïde japonais provisoirement nommé HRP-5P. On lira sur ce sujet, entres autres, un article du site scientifique français Maxisciences 1).

Ce robot semble en effet capable, grâce à des qualités exceptionnelles dans le domaine des activités de chantier, de remplacer des spécialistes humains de la construction ou d'autres tâches analogues.

Les concepteurs japonais n'ont pas précisé, semble-t-il, ce que serait le coût d'utilisation d'un tel robot dans des domaines où le travail humain est relativement bon marché et disponible de façon très souples. On peut penser qu'il serait élevé, sauf si les futures entreprises de travaux publics l'utilisant n'étaient pas capables de l'amortir sur de nombreux chantiers et de remplacer un nombre élevé de travailleurs humains.

Au Japon, où la main-d'œuvre jeune est rare, se sera sans doute le cas. Qu'en serait-il en France. La question mérite d'être posée à un moment où les manifestations dites des gilets jaunes ont bloqué une partie du pays. Beaucoup de ces manifestants appartenaient à des catégories professionnelles où les robots humanoïdes du type HRP-5P pourraient trouver emploi dans un proche avenir. Faudra-t-il que de futurs gilets jaunes entreprennent de détruire systématiquement de tels concurrents, au risque de se retrouvés poursuivis en justice pour atteinte à la propriété privée ?

Cependant, nous devons rappeler que l'industrie française sera à l'avenir définitivement éliminée des domaines où la robotique intelligente jouera représentera un enjeu de compétition essentielles. Or la France ne s'y prépare pas. Non seulement la perspective de développer elle-même des robots humanoïdes compétitifs la laisse indifférente, mais elle laisse partir au Japon les rares laboratoires ou petites entreprises innovantes ayant des compétences dans ces domaines.

C'est le cas de l'entreprise française Aldebaran Robotics, ayant mis au point un robot humanoïde très performant, le robot NAO, que nous avons plusieurs fois présenté ici. Faute du moindre crédit de cherche public ou privé d'origine française, celle-ci pour survivre et exploiter ses compétences, a du se laisser acheter par une firme japonaise. On pourra lire à ce sujet deux articles de Maxisciences (voir 2. et 3. ci dessous).

C'est ainsi que la France a déjà pratiquement perdu les guerres industrielles et scientifiques de demain.

Références

1) https://www.maxisciences.com/robot/vous-avez-du-mal-avec-le-bricolage-voila-le-robot-qu-il-vous-faut_art41698.html

2) https://www.maxisciences.com/robot/nao-le-robot-francais-fait-ses-debuts-au-japon_art9754.html

3) https://www.maxisciences.com/robot/nao-ce-robot-francais-va-etre-etudie-au-japon_art9757.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.