Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

2901 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2013

Remue-ménage au sommet de l'Etat en Chine

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ebranlant tout le paysage politique à Pékin, le président XI Jinping et d'autres leaders du parti communiste chinois viennent d'autoriser une enquête pour corruption visant le jusqu'ici très puissant et très craint chef des services de sécurité domestique, Zhou Yongkang, 71 ans.

Il s'agit d'une nouveauté, car ce personnage avait été membre du bureau du Politbureau (Politburo Standing Committee). Or ces dignitaires s'étaient toujours vu épargné de telles poursuites.

Selon des sources bien informées, on lui reproche des abus de pouvoir et des actes de corruption au sein de diverses entreprises publiques où il avait acquis un pouvoir exceptionnel, notamment dans le secteur pétrolier d'Etat où il avait fait carrière. Plus tard, comme chef de l'appareil de sécurité, il contrôlait la police, les procureurs, les cours et les principaux services d'espionnage et contre-espionnage. Son pouvoir s'étendait jusqu'à l'armée.

Cela lui donnait l'image d'un homme politique si puissant que tous les autres responsables devaient compter avec lui. Son fils et sa femme, qui émargeaient à sa puissance, sont aujourd'hui aussi mis en investigation. Mr Xi, apparemment, n'a pas craint de l'affronter, sans doute pour montrer qu'il ne badinait pas lorsqu'il annonçait entreprendre une grande lutte contre la corruption. Il y a quelques semaines, un autre puissant dignitaire, Bo Xilai, allié de Zhou Yongkang, avait à la surprise générale été démis de ses fonctions et condamné à la prison à vie, également pour corruption.

Les observateurs s'interrogent sur le sort qui sera réservé dans les jours qui viennent à Zhou Yongkang, comme sur les répercussions, favorables ou défavorables, que son éviction pourraient avoir sur l'avenir politique de M. Zi et de ses alliés politiques. Le procès sommaire et l'exécution à la mitrailleuse de Jang Song-Thaek, second dirigeant nord-Coréen en importance, est dans tous les esprits. Cependant, quel que soit le sort de Zhou Yongkang, on peut penser que la corruption, bien installée en Chine, ne reculera pas sensiblement. Les nombreuses entreprises occidentales s'efforçant d'y obtenir des contrats ne vont certainement pas militer en ce sens.

Il est habituel aujourd'hui en Europe de se moquer du Droit-de-l'hommisme et de tout ce qu'il cache. Il reste qu'un peu plus de droits de l'homme ne ferait pas de mal à nos amis asiatiques.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette