Qui les Etats-Unis combattent-ils au Moyen-Orient?

Le 22 octobre, comme l'ont montré des vidéos largement diffusées, des « forces spéciales » américaines ont participé en appui de combattants kurdes (Peshmerga) à une opération contre une installation de ISIS près de Kirkuk dans le nord de l'Irak. L'action, qui entraina la mort d'un sergent chef américain,fut présentée comme un succès. Elle s'était traduite par le libération de 70 otages kurdes détenus par ISIS.

Ceci montrait que, contrairement à l'affirmation de Obama selon laquelle aucune troupe au sol américaine ne demeurait en Irak, des forces spéciales opéraient dans ce pays de façon discrète. Le secrétaire à la défense Ashton Carter a d'ailleurs tout de suite confirmé l'information et affirmé l'intention de l'armée américaine d'intensifier ses opérations en Iraq.

Nul ne s'en plaindrait. La coalition montée par Obama contre Isis s'étant jusque là, hormis quelques frappes aériennes, montré peu significative, allait peut-être enfin prendre de l'importance et seconder les actions menées de son côte avec succès en Syrie par la Russie.

Il ne semble malheureusement pas que ce soit le cas. L'opération contre ISII à Kirkuk ne visait pas réellement à combattre ISIS, lequel reste soutenu par Obama dans les actions menées contre Bashar al Assad en Syrie. Elle paraît au contraire conduite pour disputer à la Russie la supériorité stratégique et diplomatique que celle-ci s'est acquise du fait de ses interventions en Syrie. Dans la suite de l'opération à Kirkuk, le général Joe Dunford, commandant des forces américaines, vient d'indiquer après une visite en Irak qu'il était désormais temps d'élargir le champ des opérations militaires. Mais contre qui?

A nouveau, se pose la question de savoir qui est visé par cet élargissement. Depuis plusieurs jours, une campagne menée par John Kerry relance l'idée d'imposer une zone de non-survol (no fly zone), sur la Syrie, afin de protéger les populations. Ceci ne peut viser que l'aviation russe, seule pratiquement à opérer dans la région. Si ce sont des avions américains ou turcs qui assurent le contrôle de cette zone de non survol, des conflits se produiront inévitablement avec l'aviation russe.

Des incendiaires à Washington

Obama et Ashton Carter ont jusqu'ici résisté à ces pressions. Mais il est inquiétant de voir qu'aux Etats-Unis même, des voix de plus en plus influentes reprochent à Obama sa faiblesse – faiblesse non contre ISIS mais faiblesse à l'égard des Russes. Des sénateurs républicains de plus en plus nombreux, chacun par ailleurs des candidats républicains à l'investiture pour les élections de 2016, de nombreux représentants des démocrates et de la communauté du renseignement font à Obama le même reproche. Parmi eux on note l'ancien directeur de la CIA David Petraeus, les chefs de la rédaction des journaux Wall Street Journal et Washington Post, ainsi que, bien plus inquiétant, la probable candidate démocrate aux présidentielles, Hillary Clinton.

Dans le même temps, l'ambassadeur irakien aux Etats-Unis Lukman Faily et le leader des shiiteirakiens kim al-Zamili ont fait connaitre que dans les prochaines semaines, si les succès russes en Syrie se confirmaient, Bagdad demanderait aux Russes d'y mener également des frappes aériennes. Il a dit souhaiter par ailleurs que les Russes jouent un plus grand rôle en Irak, bien supérieur à celui des Américains. Ce point de vue est désormais partagé par la Jordanie, alliée traditionnelle des Etats-Unis. Elle vient de connaître le souhait d'un rapprochement avec les Russes en vue de coordonner les actions contre ISIS.

Tout ceci devrait réjouir l'ensemble des parties associées dans la lutte contre l'Etat islamique. Mais les Américains, non sans raisons d'ailleurs, y voient la preuve que la Russie les a supplanté dans le rôle traditionnel d'arbitre au Moyen-Orient – rôle bien mal joué d'ailleurs car depuis 10 ans Washington a provoqué plus de 10 guerres successives, entrainant plus de 500.000 victimes directes sans compter au moins 1 million de réfugiés

Cependant, aux Etats-Unis, il est réconfortant de constater que des personnalités éminentes ont demandé à l'administration de renoncer à faire tomber Bashar al Assad , mais au contraire de s'entendre avec lui et Vladimir Poutine. Ce fut le cas de l'ancien président Jimmy Carter et même de Henry Kissinger qui a publié récemment un article intitulé “A Path Out of the Middle East Collapse,”

Démission de la France

Un certain nombre d' « experts » français de la Russie, comme ceux qui se sont exprimés sur France Culture à 11h le 25/10, prévoient que le soutien des électeurs à Poutine ne résistera pas aux possibles pertes militaires russes en Syrie. Différentes enquêtes semblent montrer au contraire que si ceci advenait, le soutien dont bénéficie Poutine serait encore accru. Il apparaitrait comme le vrai sauveur de l'honneur, non seulement de l'armée mais de la Russie toute entière, face aux années de capitulation devant l' « Occident » imposées par Washington dans sa volonté de détruire une bonne fois la Russie, même lorsqu'elle a abandonné le communisme. L'esprit de la « Grande guerre patriotique » contre les Allemands durant la campagne de Russie et les millions de morts russes en ayant découlé, pourrait renaître.

Les sources que nous pouvons consulter en ce qui nous concerne, via notamment les amis de Jean-Pierre Chevènement, montrent par ailleurs que les leaders d'opinion russes actuels accueilleraient avec beaucoup de faveur un rapprochement de la France avec la Russie, non seulement dans la question de l'Ukraine et de la Syrie mais sur des questions quasiment philosophiques beaucoup plus larges . Malheureusement les représentants du gouvernement français actuel continuent imperturbablement à s'y refuser.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.