A Béziers les voilées sont fichées … pardon, ont un fichu

Aujourd’hui, comme je le raconte par ailleurs, j’étais au calme dans ces hauteurs volcaniques d’où l’on voit les Alpes d’un côté et, de l’autre, l’Auvergne et tous ses sommets qui furent autant de volcans.

Les turpitudes de notre pitoyable vie politiques furent, pendant quelques heures, bien loin de mes yeux et de mes pensées.

Mais, dès mercredi en fin d’après-midi, il me fallut regagner la région lyonnaise et, en conduisant, j’eus l’occasion d’entendre des bulletins d’information nous rapportant un troisième anniversaire piteux, les échos d’une famille française, « bien sous tous rapports », nous jouant un remake de Dallas avec un grand-père rejeté par sa fille … et qui, paraît-il, ne chante plus à son réveil … et d’autres faits divers de moindre importance.

Nous apprîmes, cependant qu’un grand miracle s’était produit à Béziers, où un maire extralucide, savait que parmi les enfants scolarisés dans sa commune de soixante douze mille habitants, 64,6 % étaient Musulmans … sans avoir eu besoin de tenir le moindre fichier. Un individu moins exceptionnel aurait dit « les deux tiers des élèves » sont Musulmans ». Un maire normal républicain et laïc, aurait dit « Je ne sais même pas d’où viennent les citoyens de ma commune … alors je sais encore moins quelle est leur religion ou, d’ailleurs plutôt, la religion de leurs parents ».

Mais 64,6 %, sans tenir de fichier, sans les avoir comptés sur les registres des enfants scolarisés … c’est tout bonnement la preuve d’un talent tel que ceux que l’on recherche pour les numéros de cirque.

C’est donc clair, Robert MENARD, est hyper-doué et il n’a fait que se vanter d’avoir violé la loi. C’est un mythomane et non un maire ne respectant pas la loi. Dont acte.

Mais lui a-t-on posé la bonne question ? Est-ce vraiment de savoir s’il a compté tous les Mohamed, les Ali, les Saïd, les Salah, les Malik, les Aïcha, les Laïla, les Farida, les Khadija … parmi les enfants scolarisés à Béziers ? N’est-ce pas plutôt de savoir pour quelle raison entrant dans sa responsabilité municipale, il aurait besoin de savoir combien d’entre eux se rattachent à telle ou telle religion ? A-t-il entendu parler de l’usage qui fut fait par la police française, sous le régime de Vichy, des fichiers qui permirent à cette même police d’aller, le 16 juillet 1942, frapper uniquement à la porte de ceux qui étaient fichés comme Juifs … puis de les livrer aussitôt aux Nazis ?

Cette affaire est à vomir et la façon dont Marine LE PEN a tenté, minablement, de retourner la honte vers ses adversaires, démontre qu’éliminer Jean-Marie LE PEN ne suffit pas pour dédiaboliser le FN. Le diable est à l’intérieur profond du FN et il s’exprime par la haine de ceux qui sont réputés ne pas nous ressembler

Jean-Paul BOURGÈS 6 mai 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.