Un bien beau repère

 

 

Hier, en soirée, et en laissant donc pour quelques heures le débat engagé sur le fil de mon précédent billet, nous sommes allés, Maly et moi, à Beaurepaire, dans l’Isère, pour assister à une projection du film réalisé en 1950 par Haroun TAZIEFF sur l’Etna.

Ce volcan a une importance très particulière dans la vie scientifique d’Haroun TAZIEFF. C’est, en effet, sur ses pentes et au contact direct de ses cratères en activité, qu’avec son équipe, il expérimenta l’ensemble des appareillages qu’ils avaient mis au point pour percer les mystères du volcanisme, en les analysant au moment où il s’exprime et non lorsque tout s’est éteint depuis longtemps.

Les images sont belles et impressionnantes, mais j’ai été encore plus sensible à la vue des populations qui vivent au contact direct du volcan, source de vie féconde, mais aussi de destruction périodique de l’œuvre des hommes qui vivent sur ses flancs.

Le film était présenté par Frédéric LAVACHERY, fils d’Haroun TAZIEFF et président du Centre Haroun TAZIEFF pour les sciences de la terre ( http://tazieff.fr/le-centre-haroun-tazieff ), et par Venera BATTIATO, née sur les pentes de l’Etna, immigrée en Lorraine avec ses parents, professeure et conteuse ( http://www.venera.fr/ ).

Durant toute la semaine cette belle équipe, complétée par Geneviève BAUDOT, a initié les enfants et les adultes de Beaurepaire à la compréhension, sous de multiples formes ( http://www.territoire-de-beaurepaire.fr/IMG/pdf/volcans_spectacle_informations_video_dates.pdf  ), de ce lien extraordinaire que l’Homme entretient avec les forces telluriques. Venera a réalisé le spectacle, intitulé VOLCANS, qui exprime parfaitement ce lien intime entre l’Homme et les volcans.

Devant une salle pleine, comprenant de nombreux enfants venus avec parents ou grands-parents, et à son accoutumée, Frédéric nous rappela qu’à l’époque où nos très lointains ancêtres décoraient la Grotte Chauvet à quelques kilomètres de Beaurepaire, un immense glacier alpin venait jusque sur ce bord du Rhône, tandis que, de l’autre côté, les derniers volcans crachaient encore le feu et les laves. Notre origine, écartelée entre la roche issue de l’eau et celle issue du feu, est ici magnifiquement résumée.

Le dernier coup d’œil, que ni Frédéric, ni Venera n’osèrent … c’est MANDRIN qui nous l’offre. Il habitait Beaurepaire … et n’est-il pas le symbole de la rébellion insolente … qui finit, cependant, par être vaincue par des forces qui lui sont supérieures, mais dont jamais le souvenir ne pourra s’oublier ?

,Jean-Paul BOURGÈS 7 novembre 2015

Additif, le 10 novembre :

Geneviève BAUDOT, ayant lu le billet, me fait parvenir le message ci-après :

Bonjour jean paul

Merci beaucoup pour cet article. Cet événement sur une semaine à Beaurepaire, " Volcans les forges de la vie!", avait bien pour objectif de susciter une réflexion sur le rapport de l'homme à la nature et son environnement.
540 visiteurs / spectateurs (de 4 ans à ...) ont participé à notre programme et voyagé sur les traces scientifiques et poétiques de Tazieff.
 Avons nous depuis les hommes de la Grotte Chauvet si évolué que cela?? je parlerai plutôt de régression philosophique...
Juste une petite erreur dans l'article, le spectacle VOLCANS est une coproduction des Compagnies Volte face et Éphémère, Venera et moi même en sommes les créateurs et interprètes.
Souhaitons que "Volcans les forges de la vie!", où la science et l'artistique font bon ménage vive d'autres aventures sur d'autres territoires." Volcaniquement" Vôtre. Geneviève Baudot www.cie-ephemere.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.