Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

1336 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 sept. 2013

Suis-je devenu « papiste » ?

Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis le 29 août où j’avais exprimé ma répulsion pour une « guerre punitive », dont j’estimais qu’elle n’aurait puni que les Syriens en prenant le risque de mettre définitivement le feu à un Proche Orient qui n’a guère besoin de boutefeux, j’ai eu beaucoup d’occasions de parler de cela avec des connaissances, des amis dont je sais que, souvent, nous partageons les mêmes points de vue.

Le trouble existe car le caractère odieux du gazage de sa population par Bachar EL ASSAD conduit les moins belliqueux à se demander si ne pas intervenir, ne serait pas une lâcheté.

Hier après-midi, un de mes amis, prénommé François, me faisait état d’un propos de Bernard KOUCHNER par lequel il disait qu’à l’époque des bombardements au napalm au Vietnam ou à l’époque de la guerre civile au Biafra, des foules auraient, pour des faits similaires, défilé en masse dans nos rues. Pour relativiser la position de Bernard KOUCHNER rappelons-nous qu’il a toujours soutenu les interventions similaires en Irak, et qu’il préconise des frappes contre l’Iran. Et mon ami François se demandait donc, si nous étions devenus insensibles aux malheurs dans le monde dès que nous n’en identifions pas de possibles conséquences sur notre vie quotidienne.

La question est parfaitement légitime. Dans le billet du 29 août je ne suggérais nullement de ne rien faire, mais de rallier la Russie et la Chine à un arrêt de leur soutien à Bachar EL ASSAD grâce à la menace de porter sérieusement atteinte aux ressources de ces deux pays en fermant le robinet de gaz pour l’un et en bloquant les importations de produits manufacturés pour l’autre. Mais cette position, qui aurait de réelles et lourdes conséquences pour notre confort quotidien ne font manifestement pas partie de l’arsenal que notre Président François a tenté de brandir en essayant d’y rallier nos partenaires européens.

Il y a longtemps, en 1935, alors que Pierre LAVAL et Joseph STALINE discutaient un traité franco-soviétique de mutuelle assistance en cas d'agression, et Pierre LAVAL lui ayant demandé de faciliter la vie de l’Eglise catholique en URSS, Joseph STALINE lui posa la question : « Oh ! Le pape ! Combien de divisions a-t-il ?".

Et voici que le pape François mobilise l’ensemble des fidèles catholiques contre l’idée de guerre en Syrie. Appelant le milliard de catholiques à la prière et au jeûne contre la guerre, il vient de déclarer que « la guerre est toujours une défaite de l’humanité » !

Je me sens toujours très en harmonie avec le premier François qui milite avec moi de façon énergique pour lutter contre le mal-logement et, en particulier, aux côtés de tous ces réfugiés que le malheur et souvent les guerres amènent jusque chez nous. Ne pas réagir, par la force, lui apparaît lâche et inimaginable … il est pourtant un homme de paix.

Le second François est Président de la République. Même si je le trouve beaucoup moins à gauche que ce que je souhaiterais, je le respecte et je veux croire que sa volonté d’intervenir n’est fondée que sur son sens du devoir.

Le troisième François est loin de mes convictions, mais dans cette situation, je me sens très proche de lui… pas au point de prier, ce qui n’a pas de sens pour moi, ni en jeûnant car c’est une autre forme de prière, mais en adhérant pleinement à son propos sur la défaite certaine de l’humanité lorsqu’on déclenche la guerre.

« Est-ce grave et cela signifie-t-il, docteur,

que je suis devenu papiste ? »

Jean-Paul Bourgès 8 septembre 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com