Quand un Prince est mis au chômage

… par son gouvernement  Grandeur et décadence. Il n’y a pas si longtemps que cela on disait qu’Elisabeth la seconde, souveraine britannique, était la femme la plus riche du monde.

… par son gouvernement  

Grandeur et décadence. Il n’y a pas si longtemps que cela on disait qu’Elisabeth la seconde, souveraine britannique, était la femme la plus riche du monde. Ces temps sont lointains, c’est désormais Liliane BETTENCOURT qui, grâce aux cosmétiques du groupe L’Oréal, est la femme la plus riche du monde. On n’a d’ailleurs pas signalé de nombreuses visites discrètes et attentionnées – je n’ai pas dis intentionnées – de Nicolas SARKOZY à cette chère Elisabeth, qui aurait pourtant bien besoin de visites amicales, car comme on va le voir, ci-après, sa famille est, à son tour, fragilisée.

J’ai lu dans le n° 833 de Marianne qu’un certain « Lieutenant WALES », sujet de sa très gracieuse Majesté, pilote d’hélicoptère, et accessoirement probable successeur de sa grand-mère sur le trône du Royaume-Uni, risquait d’être prochainement au chômage en raison d’une décision du gouvernement de David CAMERON.

L’activité de sauvetage en mer et en montagne, jusqu’ici assurée par la Royal Air Force, dans laquelle le Prince William exerce son activité, va, en effet, être privatisée et ce serait une entreprise texane de Houston, BRISTOW, qui aurait pratiquement arraché un juteux marché pour une bagatelle de trois milliards de £ par an. Le site de cette entreprise semble considérer l’affaire comme conclue et elle présente, avec fierté, les vingt deux hélicoptères qu’elle va acquérir, afin de les baser en différents points du Royaume-Uni à partir desquels les secours seront organisés.

Le Prince William, devra donc pointer à « Pôle-Emploi » britannique, comme n’importe quel salarié du secteur public dont l’activité est privatisée.

Je n’ai pas l’intention d’essayer de vous arracher des larmes à propos de ce futur jeune père de famille, prochainement fragilisé par les affres du chômage. Je sais que vous êtes bien trop insensibles pour que vous puissiez manifester la moindre compassion … et, bien pire, ça vous fait même peut-être rire.

Il n’empêche que ça illustre bien que, pris par cette obsession de privatisation à tout crin, David CAMERON fait même « passer à la casserole » son futur souverain. Quel symbole au moment où la baronne Margaret THATCHER vient de faire sa dernière révérence à la souveraine, Sa Reine.

Comment faut-il que nous le répétions ? Nous ne voulons pas de cette évolution qui réduit les effectifs du secteur public par dogmatisme idéologique et parce que ça profite aux plus riches qui se distribuent les marchés ainsi créés comme les soudards de Clovis le faisaient après chaque conquête d’une ville. Ce dépeçage ne crée aucune prospérité comme les chiffres de l’économie anglaise le montrent, mais cela précarise de plus en plus la population … jusqu’à atteindre la famille royale.

Si seulement le choc CAHUZAC, tel le fameux battement d’aile de papillon, pouvait entraîner en cascade la remise en cause de l’ensemble de la politique européenne … que nul ne supporte plus, en dehors de ceux qui ont profité éhontément de sa coupable cécité sur les tuyaux percés de l’invraisemblable usine à gaz qu’est devenue l’Union Européenne. On réglemente sévèrement le fromage … mais on laisse de scandaleux fromages se constituer au détriment de l’ensemble de nos santés financières, morales et psychiques.

Réformons bien vite l’Union Européenne, avant qu’il n’y ait plus comme solution que de l’abattre comme un cheval accidenté sur un hippodrome.

Jean-Paul Bourgès 9 avril 2013

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.