Moins modéré que lui … tu meurs au bas de la Canebière

Chacun pense que l’UMP est un parti de droite, certes, mais qui comporte une composante qui ne diffère du FN que par compétition pour les mêmes postes, tandis qu'une autre composante, souvent considérée comme plus gaulliste ou chiraquienne, ne veut pas pactiser avec le FN pour des questions d’incompatibilité de valeurs.

Cette ligne de partage, comme celle qui sépare les eaux qui coulent vers la Méditerranée de celles qui coulent vers l’Atlantique, paraît très nette. Elle semble s’être incarnée dans deux hommes qui espèrent tous deux que Nicolas SARKOZY ne viendra pas la jouer comme dans « L’huitre et les plaideurs » en les éliminant l’un et l’autre en 2017. Il est possible que, d’ici 2017, Nicolas SARKOZY soit condamné et déclaré inélégible … mais, comme rien n’est certain en cette matière, on peut être sûr que s’ils peuvent allumer un cierge à Sainte Rita, spécialiste des causes désespérées, les deux plaideurs risquent de se croiser dans la chapelle qui est consacrée à cette sainte aux Trois Lucs à Marseille.

Mais, au fait, puisque j’évoque Marseille, cela m’amène à l’individu auquel je pensais en choisissant le titre de ce billet.

Entre les deux leaders de l’UMP qui s’affrontent durement depuis un an, Jean-François COPÉ et François FILLON, on voit bien que le premier est en compétition purement commerciale avec le FN qui a la même zone de chalandise faite de franchouillarderie raciste et poujadiste, tandis que le second, gendre parfait pour un notaire de province, joue le rôle du bon Républicain de droite mais anti-raciste et avec des inspirations datant du « gaullisme-social » dont Philippe SÉGUIN fut la figure de proue.

Est-ce si simple ?

Un maire d’arrondissement de Marseille, député des Bouches-du-Rhône depuis vingt ans, ancien président de la Commission de la défense nationale, et membre de l’équipe qui se rangea aux côtés de François FILLON, vient nous réveiller alors que nous risquions de nous laisser endormir par cette dichotomie interne à l’UMP qui pouvait nous conduire à croire « qu’il y a des UMP fréquentables ».

Ce charmant garçon, Guy TEISSIER, vient de tenir des propos absolument scandaleux. Voila ce qu’il a osé répondre à un journaliste qui lui disait qu’il n’y aurait que deux mille Roms à Marseille : « Mais c'est deux mille de trop ! Même si c'était dix, c'est encore trop ». Et pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, il a ajouté : « Et tout ça est à intégrer, tout ça est à scolariser, tout ça est à soigner, tout ça est à loger. C'est ça le problème ». Oui, vous avez bien lu, pour ce Monsieur, il y a des hommes, des femmes, des enfants qu’on ne désigne que par un « ça » méprisant qui les chosifie.

Et c’est « ça » qui prétend devenir maire de Marseille l’an prochain !  Et c’est « ça » qui est un élément important de l’équipe de François FILLON ! C’est « ça » qui veut nous faire croire, quand il arpente les couloirs de l’Assemblée Nationale, qu’il est un modéré, un Républicain, un fidèle de la tradition séguino-gaulliste !

Jamais je n’ai entendu le Général DE GAULLE ou Philippe SÉGUIN confondre un être humain et une chose.

Il faut que cesse la supercherie d’une UMP infréquentable et d’une UMP fréquentable.

L’UMP n’est plus un parti républicain, il faut combattre ce parti sans aucune faiblesse. La gauche est-elle encore en état de le faire, alors qu’elle ne cesse de céder sur ses valeurs, en interne et sur la scène internationale ? La réponse me semble tellement évidente … hélas !

Jean-Paul Bourgès 10 juin 2013

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.