Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

1336 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2014

Souffler … n’est pas JOUYET

Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout le microcosme, comme aimait l’intituler Raymond BARRE, bruisse, s’indigne ou se tient les côtes de rire, se déchire à la suite du cafouillage hebdomadaire, sans lequel nous ne saurions désormais plus vivre au-delà de quelques jours d’abstinence.

Juliette KEATING a publié ce matin un délice de billet, qui vaut une fessée sur le postérieur déculotté de garnements qui ont oublié les usages les plus élémentaires. Malgré le titre de mon billet, je n’ai pas envie d’aborder ce sujet par le côté picaresque et profondément ridicule de ce qui est en train d’agiter la sphère politicienne et médiatique parisienne, mais je préfère réfléchir à la situation de risque dans laquelle nous nous trouvons avec un tel personnel politique.

Et, tout d’abord, un petit rappel concernant Jean-Pierre JOUYET. Ce pur produit de la bourgeoisie, remarié à une descendante des TAITTINGER, est passé par l’ENA dans la célèbre promotion Voltaire, qui le conduisit à l’Inspection des Finances. Il devint ministre sous Nicolas SARKOZY puis Président de l’Autorité des Marchés Financiers avant de diriger la Caisse des Dépôts et Consignation et rejoignit alors son copain de la promo Voltaire, François HOLLANDE, comme Secrétaire Général de l’Elysée, dont on sait que la fonction en fait souvent le véritable Premier Ministre.

Etre passé par l’Autorité des Marchés Financiers, devrait avoir immunisé n’importe qui par rapport au plus minime délit d’initié … qui peut envoyer en prison celui qui s’en rend coupable. Et, pourtant, un Jean-Pierre JOUYET souffle dans l’oreille et dans le magnétophone de deux journalistes du Monde qu’un ancien Premier Ministre est venu lui suggérer de violer la séparation des pouvoirs en faisant accélérer la procédure lancée contre son rival … dont il fut le « fidèle » collaborateur durant cinq ans.

Ce qui s’est passé ces derniers jours c’est la rencontre d’incapables avec des spadassins, ne se déplaçant que la dague au poing. Ni les uns ni les autres ne méritent la moindre confiance … et, pourtant, l’un restera, n’en doutons pas, Secrétaire Général de l’Elysée, tandis que l’autre clamera avoir affaire à un menteur ou un idiot qui n’aura rien compris de ce qu’il était venu lui demander à la table du restaurant « Le Doyen ».

La signification la plus profonde de ces comportements dignes des derniers siècles de l’Empire romain, c’est la perte totale de repères moraux, bien sûr, mais aussi strictement professionnels, chez la caste illégitime qui, peu à peu, a confisqué le pouvoir dans notre pays.

Jean-Pierre JOUYET n’est que la partie émergée et indigne d’un iceberg qui dérive sur un océan d’incompétence, par absence totale de morale publique.

Celui qui m’aurait entendu m’exprimer comme cela, il n’y a pas même dix ans, se serait demandé si je n’avais pas un coup dans le nez. Mais j’en suis venu à souhaiter un grand coup de balai, renvoyant à la niche autant la droite que cette fausse gauche, sans, pour autant et bien évidemment, offrir à Marine LE PEN et au FN la rampe de lancement qui nous projetterait dans le drame de la libération des forces de la haine.

Une nouvelle République ? Qui peut raisonnablement penser que ça ne soit pas nécessaire ? Ils nous ont conduits au bord du gouffre … faisons en sorte de ne pas tomber dedans en ayant l’imprudence de faire un grand pas en avant, au lieu de faire un pas de côté.

Jean-Paul Bourgès 10 novembre 2014

11 novembre, j'ajoute quelques lignes du discours prononcé par le Général DE GAULLE devant la Chambre des Députés, alors qu'il sollicitait l'investiture de celle-ci et que, dans son programme, il proposait de mettre en chantier une nouvelle constitution :

Mais ce ne serait rien que de remédier provisoirement, tant bien que mal, à un état de choses désastreux si nous ne nous décidions pas à en finir avec la cause profonde de nos épreuves. Cette cause - l'Assemblée le sait et la nation en est convaincue - c'est la confusion et, par là même, l'impuissance des pouvoirs.

Par des méthodes totalement différentes, bien évidemment, et avec des orientations d'autant plus différentes que c'est le système mis en place par le Général DE GAULLE qui est désormais à bout de souffle, il faut, de nouveau changer de constitution.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés