Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

1336 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2014

Souffler … n’est pas JOUYET

Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout le microcosme, comme aimait l’intituler Raymond BARRE, bruisse, s’indigne ou se tient les côtes de rire, se déchire à la suite du cafouillage hebdomadaire, sans lequel nous ne saurions désormais plus vivre au-delà de quelques jours d’abstinence.

Juliette KEATING a publié ce matin un délice de billet, qui vaut une fessée sur le postérieur déculotté de garnements qui ont oublié les usages les plus élémentaires. Malgré le titre de mon billet, je n’ai pas envie d’aborder ce sujet par le côté picaresque et profondément ridicule de ce qui est en train d’agiter la sphère politicienne et médiatique parisienne, mais je préfère réfléchir à la situation de risque dans laquelle nous nous trouvons avec un tel personnel politique.

Et, tout d’abord, un petit rappel concernant Jean-Pierre JOUYET. Ce pur produit de la bourgeoisie, remarié à une descendante des TAITTINGER, est passé par l’ENA dans la célèbre promotion Voltaire, qui le conduisit à l’Inspection des Finances. Il devint ministre sous Nicolas SARKOZY puis Président de l’Autorité des Marchés Financiers avant de diriger la Caisse des Dépôts et Consignation et rejoignit alors son copain de la promo Voltaire, François HOLLANDE, comme Secrétaire Général de l’Elysée, dont on sait que la fonction en fait souvent le véritable Premier Ministre.

Etre passé par l’Autorité des Marchés Financiers, devrait avoir immunisé n’importe qui par rapport au plus minime délit d’initié … qui peut envoyer en prison celui qui s’en rend coupable. Et, pourtant, un Jean-Pierre JOUYET souffle dans l’oreille et dans le magnétophone de deux journalistes du Monde qu’un ancien Premier Ministre est venu lui suggérer de violer la séparation des pouvoirs en faisant accélérer la procédure lancée contre son rival … dont il fut le « fidèle » collaborateur durant cinq ans.

Ce qui s’est passé ces derniers jours c’est la rencontre d’incapables avec des spadassins, ne se déplaçant que la dague au poing. Ni les uns ni les autres ne méritent la moindre confiance … et, pourtant, l’un restera, n’en doutons pas, Secrétaire Général de l’Elysée, tandis que l’autre clamera avoir affaire à un menteur ou un idiot qui n’aura rien compris de ce qu’il était venu lui demander à la table du restaurant « Le Doyen ».

La signification la plus profonde de ces comportements dignes des derniers siècles de l’Empire romain, c’est la perte totale de repères moraux, bien sûr, mais aussi strictement professionnels, chez la caste illégitime qui, peu à peu, a confisqué le pouvoir dans notre pays.

Jean-Pierre JOUYET n’est que la partie émergée et indigne d’un iceberg qui dérive sur un océan d’incompétence, par absence totale de morale publique.

Celui qui m’aurait entendu m’exprimer comme cela, il n’y a pas même dix ans, se serait demandé si je n’avais pas un coup dans le nez. Mais j’en suis venu à souhaiter un grand coup de balai, renvoyant à la niche autant la droite que cette fausse gauche, sans, pour autant et bien évidemment, offrir à Marine LE PEN et au FN la rampe de lancement qui nous projetterait dans le drame de la libération des forces de la haine.

Une nouvelle République ? Qui peut raisonnablement penser que ça ne soit pas nécessaire ? Ils nous ont conduits au bord du gouffre … faisons en sorte de ne pas tomber dedans en ayant l’imprudence de faire un grand pas en avant, au lieu de faire un pas de côté.

Jean-Paul Bourgès 10 novembre 2014

11 novembre, j'ajoute quelques lignes du discours prononcé par le Général DE GAULLE devant la Chambre des Députés, alors qu'il sollicitait l'investiture de celle-ci et que, dans son programme, il proposait de mettre en chantier une nouvelle constitution :

Mais ce ne serait rien que de remédier provisoirement, tant bien que mal, à un état de choses désastreux si nous ne nous décidions pas à en finir avec la cause profonde de nos épreuves. Cette cause - l'Assemblée le sait et la nation en est convaincue - c'est la confusion et, par là même, l'impuissance des pouvoirs.

Par des méthodes totalement différentes, bien évidemment, et avec des orientations d'autant plus différentes que c'est le système mis en place par le Général DE GAULLE qui est désormais à bout de souffle, il faut, de nouveau changer de constitution.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat