L’indécente colombe de la paix

Depuis l'épisode de l'Arche de Noé, la colombe, autrement dit le pigeon à plumes blanches, est associée à l’image de la pureté et de l’intention pacifique.

 

En dehors de cette vision poétique et symbolique de l’oiseau porteur du rameau d’olivier, je vais faire hurler ceux de mes amis qui sont végétariens, mais une pastilla au pigeon … c’est tellement bon qu’on peut comprendre que certains en élèvent sur les toitures en terrasse de leurs maisons, par exemple en Syrie ou en Irak.

Cependant, si vous aviez observé le vol d’un pigeon autrement qu’avec le regard concupiscent de celui qui salive déjà à l’idée d’une pastilla … ou d’un pigeon rôti accompagné de petits pois, vous auriez sûrement remarqué que, lorsque le vent soulève les plumes et le duvet de l’arrière-train du volatile … ses organes reproducteurs s’exhibent fièrement d’une façon particulièrement provocatrice ! Peut-être est-ce pour cette raison que la colombe de Picasso semble prendre son pied.

En fait je vous dis ça sans l’avoir constaté moi-même car, si un pigeon vole au-dessus de ma tête, j’évite de le regarder afin de ne pas courir le risque de prendre une fiente dans l’œil. Mais, si je ne l’ai pas constaté moi-même, c’est aussi parce que je suis beaucoup moins obsédé par le repérage de tout exhibitionnisme sexuel que les intégristes de Daech.

Grâce à leur regard acéré comme celui d’un aigle, ils ont remarqué que, lorsqu’ils volent, les pigeons donnent à voir leurs coucougnettes et cela leur est apparu tellement choquant pour des hommes, et sûrement et surtout pour des femmes, qu’ils ont interdit l’élevage des pigeons sur l’ensemble du territoire où ils font régner leur paisible ordre moral.

Comme ils ont pris l’habitude de ne pas y aller avec le dos de la cuillère, les peines sont très lourdes pour les contrevenants : prison et flagellation publique. Il y a là de quoi renoncer à la pastilla !

C’est évidemment odieusement ridicule. Mais méfions-nous avant de trop ironiser. Au moyen-âge, en France, des tribunaux religieux condamnèrent à des peines très lourdes des animaux pour « des actes de sorcellerie » qui les conduisaient aux bûchers promis aux sorcières. Des animaux commettant des actes de sorcellerie est-ce plus idiot qu’un pigeon exhibitionniste ?

Si les Syriens et les Irakiens nous envoient tous leurs pigeons, nous ferons un peu plus de pastilla et nous les mangerons à leur santé.

Pour certains, le comble de l’indécence c’est de vouloir la paix !

Jean-Paul BOURGÈS 11 juin 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.