Le jour d’après

Hier, 18 juin, la France institutionnelle se souvint qu’il y a soixante-quinze ans, un général à titre provisoire, depuis une capitale longtemps symbole de l’ennemi héréditaire, lui lança un appel à ne pas s’incliner devant une force supérieure et à continuer le combat en ne renonçant à aucune valeur.

Ce faisant il exprimait sa compréhension planétaire du conflit, où seule était perdue la « bataille de France » dans laquelle il avait combattu aux avant-postes dans son char, et il s’appuyait sur ce qu’on appelait « l’empire colonial de la France » et, surtout, sur l’inévitable entrée dans la guerre de la puissance montante des USA. Pensait-il que l’URSS, elle aussi, basculerait dans le camp des ennemis de l’Axe ? Peu importe !

Le colonel DE GAULLE devant son char en 1939 Le colonel DE GAULLE devant son char en 1939

Aujourd’hui nous sommes le 19 juin et nul n’évoquera probablement cette date dans les sphères officielles (Il faut bien se reposer entre deux déplacements mémoriels !).

Cette date est, pourtant, bien importante en ce jour qui marque le début du ramadan. C’est, en effet, le 19 juin 1845, il y a cent soixante-dix ans, qu’un militaire français, le colonel PELISSIER, ne voulant pas qu’un groupe d’hommes, de femmes, d’enfants … oui, d’enfants … puissent reconstituer une troupe luttant contre la colonisation de l’Algérie, enfuma dans la grotte du Dahra ces personnes qui étaient des survivants de la smala d’Abd el KADER.

Nous ne savons pas le nombre exact de morts, mais il s’exprime en beaucoup de centaines.

Ce fut un crime de guerre, justifié par ce si brave général BUGEAUD … celui dont on cherchait la casquette ( https://www.youtube.com/watch?v=njlI5z69R3g ), qui couvrit son subordonné en déclarant que ce qu’avait commis ce colonel était nécessaire pour achever la conquête de l’Algérie.

Ce crime de guerre, comme beaucoup d’autres, ne fut jamais jugé … et il est oublié. Excusez-moi de l’avoir rappelé … mais l’idée que l’on joue en permanence au « chevalier blanc » m’est assez insupportable.

Jean-Paul BOURGÈS 19 juin 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.