Mitres à raccrocher au clou

Une manie des églises, de toutes les églises, consiste à se mêler des relations intimes entre les humains.

Dans les principes que les hommes ont transcrits à partir, nous dit-on, de voix divines on trouve de nombreuses directives correspondant aux relations intimes que devraient entretenir entre eux les humains.

L’un des rares textes échappant à une revue de détail des comportements affectifs et notamment sexuels, c’est le décalogue, ramené par Moïse de son séjour sur le Mont Sinaï.

C’est assez bref et clair pour être rappelé ici :

  • Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte.
  • Tu n'auras pas d'autre Dieu que moi.
  • Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.
  • Souviens-toi du jour du sabbat.
  • Honore ton père et ta mère.
  • Tu ne tueras point.
  • Tu ne commettras pas d’adultère.
  • Tu ne voleras pas.
  • Tu ne feras pas de faux témoignage.
  • Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain.

Passons, mais certains et surtout certaines auront du mal à le faire, sur l’assimilation de la femme à une propriété comparable à son toit et au cheptel, mais l’ensemble est plutôt soft et peu intrusif.

Cela ne suffisait-il pas ? Au cours des siècles, des lieux, des événements historiques … nos sociétés « du Livre » ajoutèrent une masse de préceptes et d’interdits.

Bien que continuant à s’arcbouter sur des vieilleries, qui n’empêchèrent nullement nombre de ses prêtres de faire subir à des jeunes garçons et filles les débordements de leurs trop fortes frustrations sexuelles, l’Eglise catholique continue de prétendre inspecter le lit de nos contemporains, qui ne pourraient s’aimer qu’à condition de procréer par le rapprochement d’organes des deux sexes.

La société, pays après pays, dit pourtant sans ambiguïté à ces prêtres qu’ils se mêlent là de ce qui ne les regarde nullement … sans que l’Eglise se rende compte qu’on la renvoie au seul décalogue, complété par le message du Christ qui se résume à « aimez-vous les uns les autres ».

Les consignes vestimentaires imposées aux femmes par les islamistes, la « morale sexuelle chrétienne » inventée par l’Eglise catholique, les règles culinaires surréalistiquement précises du Judaïsme orthodoxe, les interdits de certaines sectes indoues amenant leurs adeptes à balayer le sol devant eux pour ne pas risquer d’écraser un insecte … tout ceci vient de recevoir un fort sympathique camouflet avec le vote des Irlandais en faveur du mariage de personnes de même sexe.

Qui eut imaginé cela il n’y a encore que quelques années ? Le pire n’est pas vraiment certain, puisqu’une population, si largement soumise à l’Eglise catholique vient de prendre, à une large majorité, une décision que cette même Eglise a très durement combattue.

Au Royaume-Uni voisin, les leaders politiques récemment désavoués démissionnèrent tous aussitôt.

Quand le cardinal et les évêques irlandais rendront-ils crosses et mitres pour redevenir de modestes paroissiens de base, à l’écoute de leurs frères et soeurs ?

Jean-Paul BOURGÈS 26 mai 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.