Un tapis plus rouge … que XI JINPING

Tous les mercredis matin, ma femme et moi, nous allons dans une commune située à une petite demi-heure de chez nous où j'aide comme je peux Maly dans l'animation d'un « atelier créatif » dans un Centre Social, où elle accueille des enfants de quatre à dix ans.

Tous les mercredis matin, ma femme et moi, nous allons dans une commune située à une petite demi-heure de chez nous où j'aide comme je peux Maly dans l'animation d'un « atelier créatif » dans un Centre Social, où elle accueille des enfants de quatre à dix ans.

Hier, bien que partis plus tôt que d’habitude chacun avec notre voiture (Maly assure encore une séance l’après-midi et moi j’étais pris ailleurs), nous sommes tombés sur des barrages de CRS nous empêchant d’accéder à Lyon car les routes étaient toutes coupées afin de permettre à XI JINPING, Président de la République Populaire de Chine, de se rendre en toute tranquillité dans la commune voisine de la nôtre, Marcy l’Etoile, où se trouve le groupe Mérieux qui est un leader mondial des vaccins.

En regardant le ruban routier que je parcours si souvent et qu’on nous interdisait d’utiliser, je ne voyais plus du bitume gris … mais un grand tapis rouge déroulé par les « autorités de la République » sous les pas, ou plus exactement les roues, de celui qui dirige la Chine et que l’on s’efforce de draguer pour qu’il donne plus de travail aux travailleurs français que nous n’en concèderons aux travailleurs chinois dans des contrats mirifiques. Est-il encore rouge, celui qui dirige aujourd’hui la Chine ? J’en doute fort !

Par ailleurs, toute la réalité de notre « République boutiquière » m’apparaissait là dans toute sa splendeur ou dans son horreur. Des centaines de citoyens lyonnais, des milliers plutôt, étaient empêchés d’aller travailler parce qu’un Président de la République Populaire de Chine ne saurait circuler normalement, pourtant un mot si cher à François HOLLANDE, au milieu de cette partie du bon peuple de France qui a encore du travail !

Quel drame si un « excité » avait prononcé le mot « Tibet » à moins de cinq cent mètres du Président chinois ! Surtout ne pas faire naître le début de l’ombre d’un doute dans l’esprit de XI JINPING, nous sommes nuls en géographie et, malgré Alexandra DAVID-NÉEL, nous sommes tous absolument incapables de situer Lhassa. Ouf, c’est ce qui a sauvé nos petits contrats … mais pas notre honneur.

Ma petite compensation personnelle aujourd’hui consiste dans le fait d’avoir illustré le billet de ce jour par une photo d’Alexandra DAVID-NÉEL … celle qui n’ignora pas le Tibet !

Jean-Paul Bourgès 27 mars 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.