Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2011

700 Indiens campent à Brasilia pour exiger leurs droits

Plus de 700 Indiens appartenant à environ 230 groupes distincts ont installé la semaine dernière un campement en plein cœur de la capitale brésilienne pour protester contre le déni de leurs droits.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Indiens manifestent à Brasilia. © 

Plus de 700 Indiens appartenant à environ 230 groupes distincts ont installé la semaine dernière un campement en plein cœur de la capitale brésilienne pour protester contre le déni de leurs droits.

Révoltés par l’avancée des projets d’infrastructure à grande échelle qui menacent leurs territoires, les Indiens ont défilé dans les rues appelant le gouvernement à prendre des mesures d’urgence pour empêcher cette destruction.

Les barrages en cours de construction sur la rivière Madeira, en Amazonie, soumettent les territoires des Indiens isolés à une forte pression en occasionnant une immigration importante et une déforestation massive. Les Indiens isolés dépendent étroitement de leur forêt et toute forme de contact avec des étrangers peut leur être fatale.

Le barrage de Belo Monte prévu sur la rivière Xingu menace la vie de milliers d’Indiens qui n’ont jamais donné leur consentement à sa construction.

Les manifestants ont déclaré dans une lettre ouverte : ‘Nous ne tolérerons pas d’être une fois de plus spoliés de notre Terre Mère que nous avons réussi à préserver depuis des millénaires, contribuant ainsi à l’équilibre socio-environnemental de notre pays et du monde entier, ou qu’elle soit détruite de manière irrationnelle’.

Le mois dernier, la Commission interaméricaine des droits de l’homme a appelé le gouvernement brésilien à suspendre le projet du barrage de Belo Monte. La présidente Dilma Rousseff n’a pas suivi cet avis et a ordonné la rupture immédiate des relations du Brésil avec la Commission.

Les Indiens guarani qui protestaient lors de la manifestation ont déploré l’inertie du gouvernement dans le processus de démarcation de leurs territoires ancestraux, alors que des milliers d’entre eux sont actuellement contraints de vivre dans des réserves surpeuplées ou au bord des routes.

L’essor actuel des plantations de canne à sucre et de production d’éthanol reste une source de préoccupation majeure des Guarani qui ont été spoliés d’une grande partie de leur territoire pour faire place à cette industrie.

Survival International appelle le géant énergétique Shell et son partenaire brésilien Cosan à interrompre leurs plantations de canne à sucre sur les territoires ancestraux des Guarani.

Communiqué de Survival International http://www.survivalfrance.org/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien