Les cents jours de tous les dangers.

Tel Merlin l'enchanteur (fils du diable et d'une vierge), Sarkozy attire les Rats de France au bord du gouffre. Jean de la Fontaine s'inspirant d’Ésope, nous a montré comment parler de morale et de politique en mettant en scène le monde animal. Ce mode d'expression permet la mise en scène des personnages, d'user plus aisément de l'humour qui peut être plus caustique que dans la langue "normale". Le petit zapatiste vous propose de lire sa dernière production dans ce style à propos précisément des 100 jours : http://lepetitzapatiste.blogit.fr/index.html . A titre d'exemple voici les premiers et derniers sizains :

 

.........................................................

 

Il ne faut pas leur confier notre destin.

 

Chacun des sizains pourrait à lui seul faire l'objet d'une autre fable et peut titiller la créativité du lecteur. J'ai l'espoir que cette démarche pourrait intéresser plus d'un lecteur, toute nouvelle fable serait alors ajoutée à un nouveau blog collectif. On peut ainsi imaginer des suites intéressantes : réunion politico-politique, publication, … Vous pouvez regarder aussi le blog initié au début du précèdent quinquennat : http://www.petit-zapatiste.blogit.fr/

 

Le petit zapatiste, janvier 2012

jp-bazin@bbox.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.