Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

117 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2022

Que sont les Partis devenus ?

Mais où sont les neiges d'Antan ?

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut en finir avec l'évocation du "Parti Socialiste", du "Parti Communiste", du "Parti EELV", du "Parti France Insoumise", car ces mots ne retiennent que très peu de réalité.

Ce ne sont aucunement des partis. Un parti doit avoir des principes (par exemple, les principes du Socialisme et ceux du Communisme sont identiques : l'abolition du salariat et du patronat), un programme défini et redéfini par des Congrès, des structures de bases rendues vivantes par des débats politiques de militants qui, en fonction des positions politiques des uns et des autres, désignent des responsables, envoient des délégués aux congrès, décident de candidatures, etc.

Tout le monde voit bien que ce genre de chose a presque complètement disparu. Un preuve sommaire en est le fait suivant : il n'y a plus d'exclusions !

Eh oui ! Quand il y a des principes et que des militants défendent des positions contraires aux principes, ils doivent être exclus. À quand remonte la dernière exclusion du PCF ?

Pour le PS, oui, Filoche a été exclu. Pour antisémitisme ! Comme Corbyn du Labour ! Mensonge grotesque, bien sûr. Ces deux-là ont été exclus non parce qu'ils prenaient des positions opposées aux principes, mais juste pour la raison opposée : ils ont pris des positions dans la ligne des principes socialistes !

Personne n'a été exclu de la FI (où il n'y a ni congrès, ni cartes, ni élections). Les cadres et militants capables d'une pensée indépendante sont partis, c'est différent.

Il faut bien reconnaître que ce qui, dans le paysage actuel ressemble le plus à un parti, c'est EELV. Il y a des adhérents, il y a des débats, il y a des congrès, il y a des élections. Le souci, c'est qu'il n'y a pas de principes de base.

Ou que le principe de base : "la défense de l'environnement" est politiquement inconsistant, ce qui permet à l'écologie politique, en Europe, de gouverner aussi bien avec des mouvements d'orientation sociale, qu'avec d'autres, ultra libéraux, voire fascisants. C'est ce qui fait qu'en France on peut avoir dans le même parti des gens qui défendent les producteurs salariés, comme Rousseau, et d'autres indéfectiblement favorables au "marché" et au capital, comme Jadot.

Donc, pour résumer, il n'y a pas de partis de gauche. Il y a quand même une gauche, on l'a vu dans les élections municipales. Elle a remporté à ces élections des victoires remarquables. Dans presque tous les cas, les unions de gens du PS, du PC, des Verts et de la FI ont été condamnées par les "directions des partis" (sic).

J'écris ceci car il faut déblayer le terrain, dans le but de penser l'avenir, après la catastrophe politique électorale que nous allons subir. Je ne prétend pas épuiser le sujet ! De très loin !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB