UN DEUX TROIS QUAT’ CINQ.

Un deux trois quat' cinq; je bosse chez "L'Eau Réale."

 

Jupiter a dit: «Il faut vaille que vaille
Coûte que coûte quitter la Fénéantise
Et, du foirail sans cesse pousser le portail
Vous dont le chômage semble la hantise;
Râleurs patentés et mécontents prolétaires,
Traversez la rue: au bout est le jack pot!»
Sa promesse aux impatients actionnaires?
«La France ne vous sera plus qu’un flesh pot

Profondément à droite de la gauche, un pas;
Loin devant moi prolétaire, le pôle emploi;
Légèrement à gauche de la droite, un pas:
Oh!...la grande et belle affiche que j’aperçois:
"Embauche des conditionneuses chez L’Eau Réale",
Eau minérale garantie naturelle.
On prétend que le travail y est un régal,
Et que dorénavant ma vie sera plus belle.

Un, main droite; deux,main gauche; trois,le fond;
-- Cette bande que voici, est un tapis.--
Et quatre, vient du carton le plafond.
-- Si vous laisser traîner le doigt, c’est tant pis.--
Puis à cinq,le paquet est sur le ruban roulant.
Telle est la formation d’une conditionneuse:
Un deux trois quat’ cinq rien moins que lent
Nous a assurées, de la ligne la meneuse.

Un deux trois quat’ cinq; un deux trois quat’ cinq.
Un deux trois quat’cinq; vive la Société!
Un deux trois quat’ cinq; buvez le café au zinc,
Un deux trois quat’ cinq; femmes exploitées
Un deux trois quat’ cinq; des sociétés libérales,
Un deux trois quat’ cinq; libérales avancées
Un deux trois quat’ cinq; poussant leur dernier râle.
Un deux trois quat’cinq; quelle belle avancée?...

Un deux trois quat’ cinq; je bosse chez L’Eau Réale.
Un deux trois quat’ cinq; eau naturelle et pure,
Un deux trois quat’ cinq; garantie minérale,
Un deux trois quat’ cinq; de toute boisson l’épure.
Un deux tois quat’ cinq; bouteille mal bouchée!
Un deux trois quat’ cinq; que de bruit, que de bruit!
Un deux trois quat’ cinq; j’irai chez le boucher.
Un deux trois quat’ cinq; dehors le soleil luit.

Un deux trois quat’ cinq; aïe!... mon doigt!
Un deux trois quat’ cinq; il est ensanglanté!
Un deux trois quat’ cinq; mais continuer, je dois.
Un deux trois quat’ cinq; vive la liberté!
Un deux trois quat’ cinq; Jean est au chômage;
Un deux trois quat’ cinq; mieux vaut tenir que courir,
Un deux trois quat’ cinq; c’est plus sage.
Un deux trois quat’ cinq; il est libre à en mourir.

Un deux trois quat’ cinq; je n’ai plus de viande.
Un deux trois quat’ cinq; ah! J’ai mal aux os!
Un deux trois quat’ cinq; il faudra que je marchande.
Un deux trois quat’ cinq; bon sang! Quel mal de dos!
Un deux trois quat’ cinq; j’ai envie de vomir.
Un deux trois quat’ cinq; Dieu!... ai-je pris ma pilule?
Un deux trois quat’ cinq; pour lui, quel avenir?
Un deux trois quat’ cinq; les malheureux pullulent.

Un deux trois quat’ cinq; pour raison de santé
Un deux trois quat’ cinq; ou non aucune absence
Un deux trois quat’ cinq; ici n’est acceptée.
Un deux trois quat’ cinq; le MEDEF encense.
Un deux trois quat’ cinq; la CGT a tort,
Un deux trois quat’ cinq; tout le monde le dit.
Un deux trois quat’ cinq; aïe!... dans le coeur ça me mord!
Un deux trois quat’ cinq; la télé nous l’a redit.

Un deux trois quat’ cinq; là-dessus c’est consensus.
Un deux trois quat’ cinq; un communiste à la porte
Un deux trois quat’ cinq; et sans prime, en sus.
Un deux trois quat’ cinq; c’est loi neuve en quelque sorte.
Un deux trois quat’ cinq ; j’aimerais au moins une fois,
Un deux trois quat’ cinq; aller à la montagne.
Un deux trois quat’ cinq; mais nous resterons à Foix;
Un deux trois quat’ cinq; pas assez ce que je gagne.

Un deux trois quat’ cinq;j’aimerais faire l’amour
Un deux trois quat’ cinq; avec Jean l’après-midi
Un deux trois quat’ cinq; car je suis toujours
Un deux trois quat’ cinq; fatiguée le soir.Samedi,
Un deux trois quat’ cinq; il faut faire les emplettes;
Un deux trois quat’ cinq; et dimanche, aider.
Un deux trois quat’ cinq; «L’Eau Réale» complète
Un deux trois quat’ cinq; ma vie, ma vie ... lézardée.

Un deux trois quat’ cinq; la sirène a sifflé.
Un deux rois quat’ cinq; un deux trois quat’ cinq.
Un deux trois quat’ cinq; ils s’abîment mes soufflets.
Un deux trois quat’ cinq; c’est moi qui trinque.
Un deux trois quat’ cinq; un deux trois quat’ cinq;
Un deux trois quat’ cinq; un deux trois quat’ cinq;
Un deux trois quat’ cinq; un deux trois quat’ cinq;
Un deux trois quat’ cinq;un deux trois quat’ cinq...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.