MA MEMOIRE PERDUE.

Cueille le jour cueille l'instant, dit le sage;

L'Homme est présent: ni présage ni message,

Ni sur hier ni sur demain, nul n'a rien à  dire;

Métro, boulot, dodo; zénith puis  nadir.

Mort en pièces détachées: membres, ou tête?

Je garderai ma tête pour continuer ma quête: 

Ainsi belles chansons par belles voix, j'orrai;

Alors toutes les beautés du monde j'aurai

Avant que peu à peu mes souvenirs ne s'égarent

Dans mon cerveau devenu vaste hall de gare.

Contre tangage et roulis, remontant le fleuve  

Je me souviens: tu me fus eau claire,eau neuve;

Je me  souviens de toi: belle tu étais puelle,

Mnésis  femme infidèle, femme cruelle.

Déplissant ma mémoire, sous plis et replis,

Je me souviens de toi comme d'un surplis

Mité, d'une image dans un miroir brisé,

D'un jeu d'un sport naguère encore très prisé.

Souvenirs, souvenirs; dans ma quête éperdue,

Je me souviens d'un  fait: ma mémoire perdue.

Même si je ne sais plus rien, je me souviens;

Je me souviens de tout  qui ne vous est que rien. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.