Jean-Pierre KAYEMBA
D'HIER À AUJOURD'HUI, ET PEUT-ÊTRE DEMAIN.
Abonné·e de Mediapart

238 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2019

Jean-Pierre KAYEMBA
D'HIER À AUJOURD'HUI, ET PEUT-ÊTRE DEMAIN.
Abonné·e de Mediapart

Macron et les Gilets-Jaunes

La dernière interview de Macron dans la presse anglo-saxonne ne va pas calmer la crise qui secoue la France, dont le mouvement des Gilets Jaunes n'est que le sommet visible de l'iceberg.

Jean-Pierre KAYEMBA
D'HIER À AUJOURD'HUI, ET PEUT-ÊTRE DEMAIN.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 RUSSIE  POLITICS

Billet jaune : si Macron, les Gilets Jaunes sont des manifestants et même des êtres humains
Posted: 25 Jun 2019 05:01 AM PDT

La dernière interview de Macron dans la presse anglo-saxonne ne va pas calmer la crise qui secoue la France, dont le mouvement des Gilets Jaunes n'est que le sommet visible de l'iceberg. L'on apprend ainsi que les Gilets Jaunes, ne vous y méprenez pas, ne sont pas vraiment des manifestants. Avec un peu de chance, dans quelque temps, nous apprendrons qu'ils ne sont pas vraiment des êtres humains non plus. Le droit de l'ennemi peut - et doit - donc s'appliquer à ceux qui contestent le fonctionnement d'un système, dans lequel la classe moyenne a de moins en moins de place.

Emmanuel Macron a donné une interview au magazine américain The New Yorker, dans lequel l'on peut lire ceci :
Midway through his Presidency, Macron faces new and complicated forms of opposition. Last week marked the thirty-second consecutive Saturday that the gilets jaunes have occupied roundabouts and blocked roads and clashed with police all over France, answering Macron’s project of individual mobility with collective obstruction. The movement is dwindling, but in December the Bank of France estimated that the protests had already cost the economy €4.4 billion. According to a count, in May, by the independent journalist David Dufresne and Le Monde, two hundred and thirty-eight people had been wounded in the head during the protests. Twenty-four were blinded and five lost hands. The United Nations and the Council of Europe have condemned the French police for the use of excessive force. I asked Macron if this was acceptable to him. “No,” he answered. “But we have to face what we’ve experienced. For the first time, we had a social movement with a very high degree of violence. A unique one. I decided not to launch any special situation, nor to forbid these demonstrations. I did that because I didn’t want to reduce the level of freedom in this country. I think it would have been a mistake. But to think that we are just speaking about normal citizens demonstrating—I mean, that is pure bullshit.”Plusieurs éléments sont intéressants à décrypter.

"Une forme nouvelle et complexe d'opposition". En effet, ce qui est nouveau est l'opposition, non pas la contestation sur un détail, mais l'opposition en bloc contestant la capacité de ce système de gouvernance à permettre à une majorité de vivre décemment. 

Ce qui a provoqué des violences policières, elles aussi, que l'on n'a pas connues depuis longtemps. Et dans les manifestations autorisées, et dans celles qui ont été interdites - limitant ainsi les libertés publiques que Macron déclare n'avoir pas voulu restreindre. 

Et d'une certaine manière, il le justifie en déclarant qu'il serait faux de penser que ce sont des manifestations normales, qu'il s'agit de simples manifestants. Il a raison : il ne s'agit pas des grandes démonstrations idéologiques du système en place, pas de cette Marche pour le climat, pour les femmes, pour le voile intégral, pour les LGBT, pour les migrants, etc. Ca, ce sont les manifestations "normales", avec des manifestants "normaux". Puisqu'ils manifestent pour le système, puisqu'ils défendent l'idéologie dominante, puisqu'ils mènent les combats qui permettent de déstructurer les sociétés. 

En ce sens, c'est vrai, les Gilets Jaunes sortent de ce cadre. L'expérience a montré qu'ils ne demandent pas finalement une simple hausse de quelque chose ou baisse d'autre chose, leurs revendications sont d'ailleurs assez floues, car elles dépassent le cadre classique des revendications sociales. Elles sont finalement politiques, mais ne s'assument pas en tant que tel, faute d'un leader qui serait apte à les porter. Et pour l'instant, il n'existe pas. Ce qui, aussi avec le temps, a rassuré le pouvoir, qui est finalement revenu sur ses reculades ponctuelles. Pour autant, la dimension objectivement politique de ce mouvement, qui condamne une organisation du pouvoir ne permettant pas à la majorité de vivre décemment, donc finalement d'être inefficace du point de vue démocratique, fait peur à ce pouvoir qui se sent - à raison - contesté dans son essence. 

Et l'on voit une répression policière pas vraiment inédite, mais qui n'est historiquement ressortie que lorsque le système s'est senti en danger, même si la violence des manifestants est bien loin de celle des manifestants de Mai 68, qui sont aujourd'hui au pouvoir et savent donc très bien de quoi ils parlent : seule la violence conduit au renversement d'un mode de gouvernance. Et l'on voit la machine judiciaire enclenchée à plein régime répressif - contre les Gilets Jaunes. Le système étatique instrumentalisé pour défendre un clan idéologique.

Ces exceptions sont justifiées par la figure de l'ennemi. Avec l'appui solide des médias, Macron et le Gouvernement diffusent une image négative au sein de la société, pour faire baisser le soutien populaire des Gilets Jaunes : regardez ces échevelés, ils vous empêchent de faire du lèche-vitrine (ce qui est un droit sacré), ils sont la cause des problèmes économiques (et non la conséquence), ils sont la cause de l'insécurité - dans les banlieues (et non la conséquence). Ils sont responsables de tous les maux, ils sont donc l'ennemi. S'ils sont l'ennemi, comme en période de guerre (et d'une certaine manière, c'est bien une guerre existentielle pour ce système idéologique), une réaction exceptionnelle est justifiée. Car il est bien connu que l'ennemi n'est plus un être humain, il est une figure déshumanisée. Donc le Gilet Jaune n'est plus un être humain, il est un Gilet Jaune que l'on peut frapper, incarcérer, énucléer, gazer, tout est pardonné. 

Or, le droit de manifestation ne dépend pas de ce que vous applaudissez Castaner ou Macron ou les contestez, la condition d'être humain n'est pas attitrée à vos seuls amis. Le conflit s'enlise et glisse. S'il perd de l'ampleur et de la visibilité, il devient plus profond. Il attend cette figure politique qui pourra le porter. Il peut hiberner, se mettre en attente, mais comme il n'y a aucune raison objective pour que la situation s'améliore d'elle-même ou du fait de la politique menée en France et dictée par l'Union européenne, il ressortira, pourra se métamorphoser. Le germe de la contestation politique est planté et Macron se trouve effectivement dans une impasse : d'une part, s'il laisse faire, le mouvement va prendre une ampleur à laquelle la Macronie ne pourra résister; d'autre part, la répression est l'engrais de la contestation profonde

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB