Principe fondamental de toute lecture critique de Heidegger

Très tôt Heidegger, probablement au moins dès le discours « potache » d’hommage à Abram a Santa Clara – cet amateur de pogroms dit Roger-Pol Droit – est convaincu de la nécessité impérieuse d’une destruction, corps et âmes, des juifs d’Europe.

.

Très tôt Heidegger, probablement au moins dès le discours « potache » d’hommage à Abram a Santa Clara – cet amateur de pogroms dit Roger-Pol Droit – est convaincu de la nécessité impérieuse d’une destruction, corps et âmes, des juifs d’Europe. Cette conviction n’est pas à la marge de son œuvre. Il accorde à ce « programme » une signification historiale décisive, ce par quoi les Allemands se distingueront une fois pour toutes de tous les autres peuples, offrant ainsi aux « pays du Couchant » un cadeau sans équivalent possible. C’est ce que code l’expression « vérité de l’estre ».

Exemple d’application de ce principe. Soit la déclaration « antinazie » suivante de Heidegger : On prêche le « sang » et le « sol » tout en procédant à une urbanisation et à une destruction du village et de la ferme dans des proportions que nul n’aurait pu soupçonner naguère. (§1, Réflexions XI). Les négato-heideggériens diront : « Vous voyez bien que Heidegger est antinazi ! » Sauf qu’ils n’ont rien compris. Ce que dit Heidegger, à son désespoir, c’est précisément qu’au lieu de faire cela il vaudrait mieux construire quelque chose comme des chambres à gaz. Le « sang » et le « sol » ça devrait mener au « gaz » ! Au lieu de cela les « nazis » urbanisent à tour de bras ! C’est l’horreur pour Heidegger car la ville est associée au déracinement, au cosmopolitisme. C’est une figure « juive » ! On le sait maintenant les « antisémites stupides » deviennent des sortes de juifs aux yeux de Heidegger !

Le projet génocidaire de Heidegger l’a placé lui-même dans une position de surplomb par rapport au national-socialisme réel. Il pouvait ainsi tout « déballer » étant assuré qu’il avait pour lui d’être depuis longtemps rallié à ce projet qui se traduira par les ghettos, les rafles, les déportations, les massacres de l’Est, les chambres à gaz. L’essence de la vocation des Allemands, dit-il au §14 des Réflexions XI, n’est pas conditionnée – une parmi d’autres – mais inconditionnée en ce sens que par les Allemands c’est l’essence plénière de l’estre lui-même qu’une lutte aura pour enjeu – et non seulement une réfection de l’étant dans la sphère des rebondissements de l’histoire des Temps nouveaux et de son humanité.

Hei ! degger…

 

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.